La sandbox à Charles

- Photo principale : (J.-P. Brun, art. cit., fig. 20) - https://desertnetworks.hypotheses.org/702
- Statuette Marawi : (C.F.A. Schaeffer in Alasia I, Paris, Klincksieck, 1971, p. 511, fig. 4) - http://vcook.cyprus.free.fr/?page_id=59

fachoda.png

Emplacement du crash de SCP-XXX-FR peu après son exhumation par le BAAO

Objet # : SCP-XXX-FR

Niveau de Menace : Rouge

Classe : Sûr

Description : SCP-XXX-FR désigne un vaisseau spatial d’origine inconnu dont la carcasse a été retrouvée à quelques dizaines de kilomètres à l’est de la ville de [DONNÉES SUPPRIMÉES], au Soudan du Sud. L’aéronef est de forme à peu près cylindrique et mesure environ trente-sept mètres (37 m) de long pour trois cent soixante-dix centimètres (370 cm) de diamètre. La partie avant, où se situe le cockpit, se termine en forme de balle de fusil, tandis que la partie arrière, dont on suppose qu’elle abritait les systèmes de propulsion est en partie détruite. On suppose à l’heure actuelle que ces dégâts auraient occasionné la chute du vaisseau et son crash dans le désert soudanais à une date comprise entre vingt ou vingt-cinq mille ans avant Jésus-Christ (20-25.000 ans av. JC). Cette hypothèse reste encore à confirmer (voir ci-dessous).

La carlingue du vaisseau est entièrement composée d’un alliage métallique de couleur rouge très résistant aux chocs, ainsi qu’à la pression et aux températures extrêmes. La surface ne présente aucune aspérité ni trace de soudure, excepté au niveau du hublot du cockpit et du sas d’accès latéral.

marawi.png

Statuette de l'autel de la Section B représentant le dieu Marawi

L’intérieur de SCP-XXX-FR est divisé en quatre sections distinctes séparées par des sas hermétiques :

  • Section A (Cockpit de pilotage, biostase) : Cette section occupe environ un quart de la longueur totale de SCP-XXX-FR-01. Au milieu de celle-ci se trouve un container hermétique muni d’une couchette adaptée à la corpulence de SCP-XXX-FR-01. Ce container est relié par ce qui semble être des câbles électriques et des tuyaux en caoutchouc à un ensemble de machines très complexes entièrement fabriquées à partir de métaux précieux (essentiellement de l’or, mais également de l’argent, du cuivre, du platine, de l’électrum et du [DONNÉES SUPPRIMÉES]). On suppose qu’outre la capacité de maintenir SCP-XXX-FR dans un état de biostase sur une longue période, cette machinerie permettait à SCP-XXX-FR de faire voler et de contrôler SCP-XXX-FR-01 par impulsions télépathiques.
  • Section B (Repos, lecture, prière et/ou méditation) : Cette section occupe environ un tiers de la longueur totale de SCP-XXX-FR-01. Il s’agit d’une pièce très confortable ornée de tentures, de tapis, de coussins en soie rouge et de meubles bas en ébène. Un autel en or surmonté d’une statuette du dieu Marawi1 est accolé à la paroi tribord, directement en face du sas d’accès du vaisseau. L’autel est encadré par deux grandes bibliothèques murales supportant chacune une centaine de rouleaux de parchemin soigneusement rangés dans des étuis en cuir et rédigés en plusieurs langues2. Il s’agit en grande partie de traités théologiques ou philosophiques et d’ouvrages compilant les histoires et légendes de plusieurs civilisations européennes, africaines ou asiatiques. Une traduction exhaustive de cette bibliothèque est en cours. Quelques objets courants (service à thé de style oriental, encensoirs, matériel d’écriture etc.) ont également été retrouvés.
  • Section C (Laboratoire) : Cette section occupe environ un quart totale de SCP-XXX-FR-01. Il s’agit d’une pièce très sombre aux parois entièrement noire. La seule source de lumière provient d’un luminaire à huile suspendu au plafond au milieu de la section. Sous le luminaire se trouve ce qui s’apparente à une table d’opération en or massif. Plusieurs compartiments situés à la base de la table abritent des outils primitifs mais relativement complexes, ainsi que des tablettes en or recouvertes d’instructions rédigées en idéogrammes gomorrhéens et indiquant comment créer des instances de SCP-XXX-FR-02.
  • Section D (Propulsion, systèmes-vie, stockage) : En raison de son état de dégradation avancé, la destination de cette section ne fait que l’objet de conjonctures. Les différents relevés effectués à l’intérieur ont permis d’émettre l’hypothèse selon laquelle le vaisseau serait entré en collision avec un petit astéroïde alors qu’il se trouvait en orbite terrestre basse, détruisant complètement les dispositifs de systèmes-vie et de propulsion et entraînant ainsi le décès de SCP-XXX-FR-01 et le crash de SCP-XXX-FR sur Terre. Cette théorie reste cependant à vérifier.

SCP-XXX-FR-01 désigne le pilote de l’appareil dont le cadavre presque parfaitement conservé a été retrouvé dans le cockpit de SCP-XXX-FR. Il s’agissait d’un individu de sexe masculin, mesurant deux cent dix centimètres (210 cm) pour un poids de soixante-quinze kilogrammes (75 kg) et probablement d’origine proche-orientale. L’aspect du cadavre laisse supposer que SCP-XXX-FR-01 était âgé de soixante-dix à quatre-vingts ans au moment de son décès, mais certains éléments retrouvés dans le vaisseau semblent suggérer que celui-ci était en réalité beaucoup plus âgé. Lors de la récupération initiale de SCP-XXX-FR, le cadavre de SCP-XXX-FR-01 a été découvert dans un sarcophage de biostase du cockpit de l’appareil. Les causes du décès restent à démontrer, mais il est possible qu’elles aient été provoquées par une défaillance du système-vie de SCP-XXX-FR suite à la destruction de la poupe de l’appareil.

SCP-XXX-FR-02 désigne des entités plieuses de réalité censées être les personnifications allégoriques de groupes sociaux prédéfinis (généralement des nations, des cultes ou des organisations)3. Les instances de SCP-XXX-FR-02 possèdent systématiquement une apparence générale et des capacités essocinétiques en rapport avec le groupe social qu’elles représentent. Bien que faisant preuve d’une redoutable agressivité à l’égard des individus qu’elles estiment hostiles aux intérêts du groupe représenté, les instances de SCP-XXX-FR-02 sont relativement passives et n’ont jamais démontré une quelconque forme de conscience ou d’intelligence propre. Toutes les tentatives pour les contrôler ou communiquer avec elles se sont soldées par des échecs

Addendum XXX-a : Historique

SCP-XXX-FR a été découvert le 20/09/1898 par le Bureau Africain des Affaires Occultes près du lieu-dit de Fachoda, dans l’actuel Soudan du Sud. Suite aux informations fournies par les agents de la Fondation Britannique de Sécurisation et de Confinement4 infiltrés au sein du BAAO, SCP-XXX-FR a pu être récupéré et placé en confinement lors de l’Incident XXX-01 (cf. Document a2 pour plus de détails).

Addendum XXX-b : Rapport d'expérience

Addendum XXX-c : ACCÈS RESTREINT - Autorisation de Niveau 4/XXX nécessaire

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License