Sandbox de Deltasupernova

Bienvenue sur ma sandbox (il n'y a peu de contenu, mais ça va se remplir progressivement).

Premier travail : traduction de SCP-285 [EN COURS]

Traduction de SCP-285 :

SCP-285

Classe : Euclide

Procédures de confinement spéciales : SCP-285 doit être gardé dans une cellule de confinement de niveau 3 pour humanoïdes dans l'aile B du site 43. SCP-285 doit se voir administrer des amnésiques. Suite à sa récente coopération avec la Fondation, SCP-285 est autorisé à 2 heures de promenade quotidiennes dans les jardins botaniques du site 43, sous surveillance d'au moins un garde.

Le personnel n'est pas autorisé à parler du passé de SCP-285 avec PdI-6938 sans l'approbation du Directeur du site 43. Si cela arrive, l’équipe technique doit retirer manuellement les informations de SCP-285-B par l’utilisation de SCP-285-A.

Les instances de SCP-285-B ne doivent pas êtres éditées sans la permission de l’Administrateur de l’équipe technique du site 43. SCP-285 ne doit être en possession de toutes ses capacités en aucune circonstances.

Description : SCP-285 est un humanoïde anormal sans forme ni structure interne clairement définie, à l’exception de SCP-285-A qui se manifeste constamment à l’arrière de SCP-285.
Le corps de SCP-285 change sporadiquement, sans aucune régularité parmi les changements. En dépit du traumatisme que SCP-285 subit suite à sa modification corporelle, le sujet n’a aucun signe de détresse homéostatique. Le sujet dit ne pas pouvoir contrôler ces changements, qui incluent, mais ne sont pas limités à :

-La perte et la croissance de nouveaux membres
-Des changements de taille et de forme de parties du corps
-Diminution et augmentation de la taille et de la masse

SCP-285-A apparaît comme un port Ethernet1, qui autorise l’accès à la base de données interne de SCP-285. Quand on s’y connecte via un ordinateur capable de connexions filaires entre réseaux, il est possible d’accéder à des fichiers variés. Ces fichiers, nommés SCP-285-B, sont des fichiers textes, des fichiers audios, des danger-sensitifs et des vidéos. Environ 90% de ces fichiers ont été corrompus. La cause de cette corruption est actuellement inconnue. De plus, SCP-285 est seulement capable d’accéder aux fichiers qui ont été créés à l’intérieur de sa base de données.

Des investigations à l’intérieur de SCP-285-B et son contenu révèle qu’éditer SCP-285-B pourrait causer des changements externes sur le corps de SCP-285 et sur son état psychologique. [À TRADUIRE]. Il est probable que PoI-6938 ait utilisé cette capacité pour s’évader du GdI-102 (Unité des Incidents Inhabituels), par édition de la structure faciale et de la morphologie, tout en ajoutant des capacités thaumaturgiques offensives dans le but de protéger les agents faisant partie du GdI-102.

Récupération : SCP-285 a été récupéré suite à une “tentative d’arrêt” incluant lui-même et un individu inconnu (probablement le créateur de SCP-285) à Las Vegas, dans le Nevada. SCP-285 et l’individu inconnu (PdI-6938) ont initialement été arrêtés suite à un excès de vitesse, avant que l’officier ne découvre que PdI-6938 a attaqué un bâtiment fédéral à [DONNEES SUPPRIMEES], en Californie. Ce bâtiment fédéral a par la suite été révélé comme ayant été sous le contrôle direct du GdI-102, et a été utilisé comme une prison pour humanoïdes anormaux. L’attaque de la part de la PdI-6938 et SCP-285 s’est soldée par la mort de 34 membres du personnel appartenant au GdI-102 et par la libération d’environ 70% de la population de la prison. L’officier a essayé d’arrêter SCP-285 et la PdI-6938, mais a été attaqué par SCP-285. La PdI-6938 s’est ensuite échappée, laissant SCP-285 avec l’officier de police. SCP-285 a ensuite été arrêté et mis en détention par le GdI-102, avant d’être finalement transféré à la Fondation, suivant le traité des informations anormales entre la Fondation et le GdI-102. Les forces de l’ordre locales et les agents fédéraux ont tous deux été incapables de localiser la PdI-6938. Des “voies anormales” situées dans le Nevada sont actuellement examinées par des FIM communes entre la Fondation et l’Unité des Incidents Inhabituels.

Rapport d’interview

Interviewer : Dr. Henderson

Sujet : SCP-285

<Début de l’enregistrement>

Dr. Henderson : Quel est votre but/intention/mission ?

SCP-285 : Je ne sais pas.

Dr. Henderson : Comment pouvez-vous ne pas savoir ?

SCP-285 : Je ne sais juste pas. J’ai juste une idée de pourquoi j’ai été créé, mais je ne suis
pas très sur.

Dr. Henderson : Bien, dites-moi pourquoi, selon vous, vous avez été créé.

SCP-285 : Et bien, pour divertir les enfants. Du moins, à l’origine. Cependant, mon objectif/but/intention a probablement été [pause] “altéré”, je n’ai pas de meilleur mot.

Dr. Henderson : Comment pouvez-vous pensez que vous avez été altéré ?

SCP-285 : C’est dur à expliquer. Je me rappelle parfaitement de certaines choses, mais pas d’autres. Je pense qu’il était fou, et il voulait nuire à quelqu’un, et il m’a utilisé pour l’aider à lui nuire. J’espère qu’il n’a pas réussi.

Dr. Henderson : Pourquoi vous ne voulez pas qu’il réussisse ?

SCP-285 : Je ne veux faire de mal à personne.

Dr. Henderson : Alors, pourquoi avoir attaqué cet officier ?

[SCP-285 s’arrête de parler]

SCP-285 : J’ai juste agi comme je l’ai dit. Mais je pense que c’est la seule fois qu’il m’a fait blesser quelqu’un. Du moins, je pense qu’il l’ait fait.

Dr. Henderson : Pourquoi, selon vous, votre créateur a mis ces fichiers variés à l’intérieur de vous ?

SCP-285 : En guise d’assurance, je suppose.

Dr. Henderson : Expliquez-moi.

SCP-285 : Vous voyez, je me souviens que ma, euh “base de données”, je n’ai pas de meilleur mot, existe biologiquement dans ma nature. Mon cerveau [SCP-285 tapote sur sa tête], contient toutes les informations de ma “base de données”, même si je ne peux y accéder. Ou alors, il ne voulait pas que je les voie.

Dr. Henderson : Donc, si votre cerveau est endommagé ou si vous mourrez, toutes les tous les fichiers à l’intérieur de votre base de données vont disparaître ?

SCP-285 : Elles ne vont pas disparaître pour autant, mais vont se corrompre. Mais oui, c’est l’idée. Il voulait être sûr que si j’étais capturé par la “you-eye-you” ou ce que vous voulez, ils ne seraient pas capables de lire mes fichiers. Il détestait vraiment ces gens. Peut-être que c’est ce qui l’a rendu fou au tout début. Je me souviens que, chaque fois que je reparlais de ça, il se mettait en colère et criait beaucoup après moi. J’ai un peu pleuré, mais pas beaucoup. Il détestait me voir pleurer. Ce n’est pas de ma faute s’il m’a façonné de manière à pouvoir pleurer.

Dr. Henderson : A-t-il un jour parlé de quoi que ce soit qui aurait pu expliquer pourquoi il était autant en colère ?

SCP-285 : Non, mais la manière dont il se mettait en colère montrait que c’était comme la fin du monde à ses yeux. Je pense que c’est pour ça qu’il m’a créé et altéré. Il voulait m’utiliser comme, euh, une arme, je suppose ? Peu importe ce que c’était, il voulait nuire à la “you-eye-you”. Il avait l’habitude d’en parler, et de dire pourquoi ils étaient le mal, et étaient destinés à être détruits parce qu’ils lui avaient tout pris, et maintenant il devaient tous mourir. C’était effrayant.

Dr. Henderson : Bon, l’U2I n’est pas le mal; je peux le dire en connaissance de cause.

SCP-285 : Ah bon ? Pourtant, il m’a dit qu’ils avaient kidnappé et tué des personnes innocentes, qui n’avaient rien fait à part exister. Dites-moi comment ils ont fait pour garder en vie l’enfer pour lui, ses amis et sa famille. Ca peut choquer, mais je n’ai jamais eu de famille, n’est-ce pas ?

Dr. Henderson : Peu importe ce que votre créateur vous a dit, ça n’a rien à voir avec la réalité.

SCP-285 : Si vous le dites, docteur. Je vous crois davantage que lui.

Dr. Henderson : Pourquoi pensez-vous que votre créateur vous a laissé tomber ?

SCP-285 : Il l’a fait avec moi.

Dr. Henderson : Comment l’a-t-il fait avec vous ?

SCP-285 : Il a fait ce qu’il voulait, peu importe ce que c’était. Je pense que j’étais juste une chose à régler.

Dr. Henderson : Si vous étiez vraiment une “chose à régler”, comme vous dites, pourquoi ne vous a-t-il pas tué lui-même ?

SCP-285 : Je pense qu’il allait, après avoir uploadé tous les fichiers dans “ma base de données”, le faire; mais il a été interrompu, il a paniqué, et a juste espéré que le policier me tue. Heureusement qu’il ne l’a pas fait, vous savez ? J’aime vivre. Encore plus qu’avant.

Dr. Henderson : Pourquoi pensez-vous qu’il voulait se débarasser de tous les fichiers dans votre base de données ?

SCP-285 : Quelque chose y était, quelque chose à propos d’autres gens. Il leur a fait quelque chose, il leur a volé quelque chose d’important. Je pense qu’il faisait partie des leurs jusqu’à un certain moment, et qu’il est parti. Peut-être que j’en faisais aussi partie, je ne sais pas, mais peu importe ce que c’était comme groupe, il ne voulait pas qu’ils le retrouvent ou qu’ils me trouvent.

Dr. Henderson : Vous rappelez-vous du nom de ce groupe ?

SCP-285 : Je ne sais pas. Je me souviens qu’il parlait de “putains de drogués”, mais c’est à peu près ça.

<Fin de l’enregistrement>

Addendum-285-1

Le regroupement suivant de documents est classé dans l’ordre chronologique, et est basé sur la base de données interne de SCP-285 et dls documents liés au GdI-102. Le but de ce regroupement est de fournir une possible timeline sur la création de SCP-285 et le motif ainsi que le but de la PdI-6938.

Accès autorisé

Le document suivant était un fichier audio supprimé, probablement adressé aux propriétaires originaux de SCP-285.

[DONNEES CORROMPUES]

Je m’en fous de ce que “blunt” pense ou dit. J’ai besoin de lui. Sans lui, je ne serais pas arrivé aussi loin. Ces putains de fédéraux rampent tout autour de ce putain d’endroit, et ce type est la seule chose qui les tient éloignés de moi. Vous devriez être heureux qu’il soit à proximité. Mieux vaut pour eux qu’ils soient désorientés et dans le néant que juste tués, ok ?

Mec, tu as vraiment donné à ce gars des pouvoirs faibles. Tu es sûr que ce gars est censé être un truc pour enfants ? Je croyais qu’on devait être pacifistes ?

Je ne me plains pas de ça.

Tu sais, c’est la seule chose que j’ai toujours détesté à propos de vous deux. Tu es trop sensible. Tu ne riposte jamais. Tu t’asseois juste sur ton cul, tu fais des blagues et ne fais rien.

Ouais, c’était sympa ce qu’on a fait.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License