Hangar du Dr Mox

Rapports

Objet # : SCP-XXX-FR

Niveau de menace : Jaune

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-XXX-FR est entouré d'un grillage surmonté de barbelés.
Un portail mécanique permet l’accès au bâtiment via une carte d’accréditation de niveau 3 ou plus.
Une loge construite à côté du portail sert de QG au personnel de la fondation, et un membre de la FIM y réside pour veiller à ce qu'aucune intrusion dans le bâtiment n'ai lieu.
Un chemin de ronde a été mis en place autour du bâtiment, afin qu'une patrouille puisse surveiller l'accès.
La loge comporte du matériel médical, des cordes, 2 mégaphones, un set de talkies-walkies, des lampes torches, des casques de chantiers, des gilets de signalisation jaune avec bandes réfléchissantes, pour effectuer un rappel suite à une intrusion.
Un sas permet l’accès au bâtiment, afin d'en sécuriser l'entrée.
Des inspections régulières du bâtiment doivent être faites afin de détecter des éventuelles failles, ouverture, intentionnelles ou non, pour garantir le confinement.
Toutes ouvertes doit être bloquée au moyen de panneaux métalliques ne permettant plus l’accès à la structure.
La pose des panneaux dois être effectuée en endommageant le moins possible la structure de SCP-XXX-FR.

Description : SCP-XXX-FR, est une usine métallurgique désaffectée.
L'usine a été construite en 1975 et exploitée par la société « Turgeon & fils métallurgie » jusqu'à sa fermeture en 1997.
Elle a été laissée à l’abandon pendant 5 ans, avant que la fondation prenne possession des lieux.
Pendant les cinq ans qui ont précédé l'arrivée de la fondation, l'usine était connue comme un lieu de squat, et d'exploration urbaine.
L'usine est mono-bloque, mais est composée de six bâtiments mitoyens, pour une surface totale de 2143m² :
- Le bat. d'usinage (mitoyen avec : tous les autres bâtiments).
- Le bat. de traitements thermiques (mitoyen avec : le hangar de stockage, le bat. d'usinage).
- Le hangar de stockage (mitoyen avec : le quai de livraison, le bat. de traitement thermique, le bat d'usinage).
- Le quai de livraison (mitoyen avec : le hangar de stockage, l'administration, le bat. d'usinage).
- L'administration (mitoyen avec : le bat. commun, le quai de livraison, le bat. d'usinage).
- Le bat. commun (mitoyen avec : l'administration, le bat. d'usinage).

Les particularités anormales de SCP-XXX-FR peuvent être observées dès l'entrée dans les bâtiments : malgré les années d'inexploitations, l’intérieur de l'usine ne semble en rien s'être dégradée et malgré les rumeurs, aucune marque de squattage n'a pu être observée.
Le personnel a pu remarquer que certains objets, matériaux, outils, avaient changé de place entre les expéditions, sans que personne ne soit rentré dans SCP-XXX-FR.
Des bruits d'outils, de machines, peuvent être entendus au loin dans tous les bâtiments, donnant l'impression qu'une personne travail dans l'usine au loin.
Les effets de SCP-XXX-FR semblent augmenter avec le temps passer à l’intérieur de l'usine, et dans certains bâtiments en particulier.
Lors des expéditions, les seuls phénomènes observés dans le bâtiment commun et l'administration, sont les bruits lointains précédemment cités.
Néanmoins, dans les quatre autres bâtiments le personnel de la fondation a rapporté ressentir de grand trouble de l'orientation après une demi-heure, et une perte totale de l'orientation aux alentour d'une heure passées à l’intérieur (les bâtiments étant grands, peu familiers, sans éclairage électrique et les verrières ne laissant passer que peu de lumière, il est normal qu'un sujet soit désorienté. Mais la régularité du phénomène lance penser que c'est un effet de SCP-XXX-FR).
Une sensation de chaleur étouffante a été observée par plusieurs membres d'expédition et ne manière simultané dans le bat. de traitement thermique, mais il n'a pas été possible de déterminer si cette sensation était avérée, ou d'origine psychique.
Il est à noter que ces effets, bien que désagréables, n'ont pour l'instant jamais démotivé les sujets à explorer SCP-XXX-FR.

Les expéditions 6,7 et 11, ont néanmoins rapportés des effets bien plus importants que ceux observer jusque-là :
- Lors de l'expédition 6 (groupe composé de trois classe D), les classe D ont rapporté avoir vu, au bout de deux heures trente d'exploration dans le bat. d'usinage, une personne, visiblement entrain d'utiliser un tour conventionnel.
Les trois classe D dont ont décrits un silhouette humaine, à l’apparence semi-translucide, émettant une lumière orangée, ne semblant pas se préoccuper de la présence des classes D .
Tétanisés, les classe D n'ont pas bougé pendant une minute, jusqu'à ce que la silhouette se trouve vers eux, visiblement intrigué de leur immobilité.
Les classes D se sont alors enfuis et au bout de trente minutes ont fini par retrouver la sortie, sans recroiser la silhouette décrite.
La silhouette a été nommée SCP-XXX-FR-1.

- Lors de l'expédition 7 (groupe composé de quatre classe D), les classe D se sont retrouvé bloqué dans la salle de traitement thermiques.
Selon eux, ils étaient coincés entre le mur du bâtiment et les deux fours de fonderie qui dégageaient une chaleur insoutenable.
Après être resté bloqué pendant une heure dans cette situation (ce qui amenait leur temps total d'exploration à trois heures et quart environ), les classe D ont décrit voir une masse en fusion se déplacer sous les fours.
La masse a été décrite comme étant en tout point similaire à du métal en fusion, avec une taille légèrement plus grande qu'un homme, se déplaçant de manière bipédique, faisant des allers-retours sous les fours et laissant une traînée de métal liquide derrière lui.
La masse n'a pas cherché à entrer en contacte avec le groupe.
Les classes D ont finalement monté les escaliers latéraux permettant de monter sur la passerelle surplombant les fours, et ont brisé une verrière pour pouvoir sortir sur le toit.
Un des classes D a voulu regarder par la verrière avant de partir, et a affirmé que les fours étaient en marche.
Aucune observation extérieure n'a pu confirmer les dire du classe D.
Ne sachant pas si la masse en fusion avait un lien avec SCP-XXX-FR-1, elle a été nommée SCP-XXX-FR-2.
L'expédition 8, qui a passé trois heures dans le bat. de traitement thermique n'a pas observé le même phénomène malgré l'utilisation de caméra thermique et aucune trace de masse en fusion n'a été trouvé près des fours.

- Lors de l'exploration 11 (composé de trois classe D), des tensions entre les membres du groupe ce sont fait sentir et après deux heures d'expédition, un conflit éclata dans le groupe : deux des classes D ont menacé le troisième à l'aide d'une barre de métal ramassée plutôt.
Le conflit fut brutalement interrompu quand le groupe remarqua SCP-XXX-FR-1 se tenant debout, bras croisés, les regardants.
Les deux classe D ont proposé d'attaquer SCP-XXX-FR-1 alors que le troisième proposait de s'enfuir.
SCP-XXX-FR-1 commença de s'approcher d'eux en marchant comme s’il avait entendu les menaces.
Les classes D prirent peur, et poussèrent à terre le troisième vers SCP-XXX-FR-1 pour gagner du temps et s’enfuir.
Le troisième classe D sous le choque, a regardé courir les deux autres jusqu'au bout de l'allée quand il a vu SCP-XXX-FR-2 surgir du côté droit et sauter sur les deux classes D.
La masse en fusion aurait avalé partiellement les classe D, brûlant leurs corps pendant qu'ils se débattaient et hurlaient de douleur.
Quand les classes D ont fini de crier, SCP-XXX-FR-2 les a absorbé, avant de repartir suffisamment loin pour ne plus être aperçu par le classe D toujours au sol.
SCP-XXX-FR-1 s'était mis à la hauteur du classe D pour regarder la scène, sans que celui-ci ne le remarque, tétanisé par ce qu'il venait de voir.
Le classe D aperçu la silhouette et se releva rapidement en s'écartant.
SCP-XXX-FR-1 décroisa les bras et indiqua une direction du doigt au classe D.
Le classe D couru dans la direction, et fini par atteindre le sas de sorti du bâtiment en une dizaine de minutes.
L'expédition 12, n'a trouvé aucune trace des deux classe D manquants ou de la masse en fusion.

Une prudence extrême est recommandé en cas de rencontre avec SCP-XXX-FR-1 ou SCP-XXX-FR-2, et le combat ne doit être engagé quand cas de nécessité absolut.

Traductions en relecture

[[tabview]]
[[/tabview]]

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License