Jason Fox

Skips, traductions de skips et autres

notation: 0+x

Contes et traductions de contes

Histoire divisée en trois points de vue :
- La Krasnaya (Chevêche, et deux autres personnages. Narration à la troisième personne)
- L'agent de l'organisation (Narration à la première personne)
- L'agent de la Fondation (Interludes en italique. Narration à la troisième personne)

Organisation anormale. Le numéro trois est leur homme d'action (Kenneth). Peut reproduire quelques mémétiques et les revendre. Apprends que la Krasnaya peut produire des mémétiques tueurs. Envoie son agent enquêter et tenter d'y mettre fin.

Divisée en segments. Premier segment => Kenneth décide d'enquêter à partir de la division P.


La Krasnaya. Encore la Krasnaya. Depuis lundi soir, on avait martelé ces deux mots contre mon cerveau, et à chaque coup, ça devenait plus irritant. Fuck, qu'est ce qu'il fait chaud. Je déteste cette pièce. Remplie de moniteurs, de tours et de matériel électronique, le tout allumé, et la plupart tournant à plein régime. C'était une boite à émotions et sensations négatives. La chaleur occupait confortablement le trône, et n'améliorait pas les autres. On avait en vrac : la peur causée par le risque d'un court-circuit, la difficulté à traverser la salle sans se prendre les pieds dans un câble, la puanteur, le bruit persistant, et le fait que la pièce soit en permanence plongée dans le noir, à l'exception des écrans aveuglants. L'ampoule est grillée, il n'y a plus de prise de libre pour une lampe, et un bougie serait suicidaire. Et la Krasnaya !

Elle vient encore d’apparaître dans les lignes d'un mail de mon boss. Maintenant, c'est presque une décharge qui me traverse à chaque fois. Cet oiseau de mauvais augure, je le connais depuis un bail, mais je n'y prêtais pas beaucoup d'attention. Jusqu'à ce que la nouvelle nous parvienne qu'elle pourrait venir piétiner nos plates bandes en bottes de cuir.
Ça a été confirmé par plusieurs sources, cette petite organisation de mercenaires, rejetons de la division P du GRU, serait maintenant capable de produire des mémétiques tueurs par eux-même. S'ils sont restés relativement discrets, ce n'est pas une nouvelle qui passe inaperçu facilement.
Il faut cependant reconnaître que la Louve a remarquablement brouillé les pistes afin que la nouvelle reste au stade de rumeur.
Cependant, elle nous était parvenue. Et ce n'était pas une perspective qui nous réjouissait.

Je m'autorise à décrocher 5 minutes du mode "travail", et je titube hors de la salle jusqu'à la salle de bain, avant d'atteindre le lavabo. Après ce passage rafraîchissement, j'enchaîne vers l'escalier et descend dans le salon, déjà occupé par mon duo d'employeurs. L'atmosphère détendue est contagieuse, et mes muscles se relâchent un peu. Je m'installe dans l'un des fauteuils Arts and Crafts et laisse ma tête tomber sur le dossier en arrière. En jetant un coup d'oeil sur la droite, je vois Mr Pullson me scruter un moment, avant d'entamer la conversation, une cigarette à la main :

- Tout va bien Kenneth ?

- Ça va, ça va, j'ai réussi à classer les infos sûres et les plus douteuses. J'y retourne d'ici quelques minutes.

- Et pour le moment, le bilan sur ce que l'on sais ?

- Plus ou moins ce à quoi on s'attendait. La Krasnaya a commencé à utiliser des agents mémétiques tueurs au cours de leurs missions, souvent couronnées de succès, et certains groupes ont commencé à tenter de prendre contact avec elle, comme potentiels acheteurs.
Exit la piste de la fourniture par Marshall Carter and Dark, en revanche. Pas de source sûre, et pas dans le genre de la Louve non plus. Je suis sûr à 75% que quelqu'un les produit chez elle.

Le vieux titre de Rush fredonné par Mr Gary s'interrompt alors que celui-ci déglutit pour se joindre à la conversation.

- Et je suis sûr à 95% que ça restera chez elle. Ces potentiels acheteurs ne connaissent visiblement pas la louve. J'ai toujours pensé qu'elle était trop arrogante pour lier des relations commerciales, au delà de son groupe de mercenaires.

Mr Pullson lui jette un regard soucieux.

- Connaissons-nous vraiment la Krasnaya ? La Louve ? Assez pour émettre de telles hypothèses ? Ce pourrait tout aussi bien être de la prudence. Elle s'est tout de même taillée une solide réputation de mercenaires efficaces en tout points, j'imagine mal une soldate immature à leur tête.

Mr Gary inspire profondément. Je laisse faire. Ce n'était pas mon domaine de palabres. J'étais plus dans les faits. Il commençe à déclamer.

- Les temps changent, et les hommes aussi. Les fondations s'écroulent, et les empires s'élève. Il s'agit d'un chaos total où tout devient possible. C'est le moment de tout envisager, d'être prêt à tout…

Il s'interromps en voyant l'air fatigué de son partenaire d'affaire, qui se tourne vers moi.

- Et notre chiffre d'affaire ?

- On reste dans le positif, pour le moment. La "rumeur" a provoqué des remous, mais on n'en est pas aux vagues. Notre mémétique tueur à nous se vend bien, et j'ai reçu plusieurs propositions d'améliorations par des groupes étrangers. J'ai encore refusé, mais…

- …mais c'est bien ainsi. La formule de réalisation de l'agent doit rester notre monopole. Ne prenons pas de risque avec la tempête qui s'annonce.

Il semble s'être résigné à l'idée que notre commerce était menacé par l'agent de la Krasnaya. Je me lève d'un mouvement lourd pour regagner la chambre moite et sombre, mais Mr Pullson m'interromps.

- Je prends le relai pour ce soir, ne t'inquiète pas.

Je me mords la lèvre. Il approchait la septantaine, et il serait dangereux de le laisser dans une chaleur pareille. Je me tourne vers Mr Gary, espérant son soutien, mais cela ne contribue qu'à renforcer mon inquiétude. À côté de ce preste et dynamique trentenaire en blouson d'aviateur, Mr Pullson ne parait que plus fragile. Je m'apprête à l'assurer de ma volonté à continuer le travail, avant que Mr Gary ne lance.

- Et la racine ?

Nous nous figeons. Voyant qu'il a capté notre attention, il reprends :

- Nous allons forcément finir par partir enquêter, si on veut vérifier nos informations. Alors pourquoi ne pas les vérifier à la source ?

Je suis dubitatif.

- Écoutez, j'ai confiance en mes compétences, mais trouver et infiltrer la Krasnaya, ça me semble ardu même pour moi.

- Tu vises encore au dessus du sol, Kenneth. Je te parles de racines, d'origines. Je te parles de la division P.

Je reçois l'information, je la fais mariner un peu, avant d'en tirer les conclusions. Ça pourrait marcher. La Krasnaya doit conserver des contacts avec son organisation-mère, et celle-ci est assez large pour que l'on puisse au moins la contacter. Un bon point de départ, c'est tout ce qu'il me faut. Je me tourne vers Mr Pullson pour assister à son hochement de tête approbateur.

Mr Gary saute sur ses pieds.

- Bon, c'est l'heure de planifier les vacances.


Malgré les deux épaisseurs de pull-over qui recouvraient son corps frêle, Diane grelottait face à l'écran de son poste.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License