La tour de Wardenclyffe du Dr Tesla
notation: 0+x
Padamalgam.jpg

SCP-CUK-FR sous sa première version

Objet # : SCP-CUK-FR

Niveau de menace : Orange

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales :

Description : SCP-CUK-FR est un médicament nommé « Padamalgam™ » commercialisé par les « Laboratoires Plouton-Latarque ». Ce médicament peut prendre différentes formes, comme des comprimés enrobés ou des gélules, mais semble toujours s'administrer par voie orale. Sa composition, outre des molécules spécifiques à la forme du médicament, ne semble pas changer selon la version commercialisée. Ci-dessous l'étiquette d'une boîte de « Padamalgam™ 150 mg » :

étiquette.jpg

Le principe actif, l' « amalgamol », est supposé être la substance donnant ses propriétés anormales au médicament. Toutefois, celle-ci reste indétectable malgré de nombreuses tentatives de la caractériser.

Les effets de SCP-CUK-FR apparaissent environ quinze minutes (15 min) après administration par voie orale. Ceux-ci se manifestent par :

  • la réduction ou la disparition totale de stigmatisation physique ou sociale de la part du sujet. Celui-ci devient incapable d'associer une réprobation sociale à un individu (ou groupe d'individu).
  • une diminution drastique de l'intensité du biais de représentativité, biais cognitif qui consiste à baser un jugement sur un nombre limité d'éléments d'une population, plutôt que sur les statistiques concernant cette population.
  • un ralentissement de l'inconscient forçant le sujet à émettre lui-même des raisonnements conscients, ce qui a pour effet de lui rendre visibles ses erreurs de raisonnement. Comme indiqué sur la notice, cet effet est plus efficace si le sujet connaît lesdites erreurs de raisonnement, comme les sophismes ou les paralogismes.

Tous ces effets combinés ont pour conséquence une diminution drastique de toute discrimination de la part du sujet.

Prenons un individu A quelconque — la discrimination existant dans tous les sens — et mettons le en face d'un sujet B affecté par SCP-CUK-FR : B est alors incapable de juger A selon ses caractéristiques physiques, ethniques ou religieuses (ou que sais-je encore), car le médicament bloque l'accès aux stéréotypes mentaux. Ainsi, B ne pourra se faire une opinion de A qu'en apprenant à le connaître de manière individuelle, et ne pourra le juger que selon ses traits personnels. Il se peut toujours que B se mette à ne pas apprécier A, mais cela ne sera basé que sur son caractère, et non sur les groupes physiques ou sociaux auxquels il appartient.
- Dr Goldstein

SCP-CUK-FR est apparu pour la première fois début 2015. Un très grand nombre de pharmacies de France métropolitaine ont vu leurs rayons se remplir d'un stock conséquent de « Padamalgam™ » sans que leur provenance ne puisse être expliquée. De plus, le public ne semble pas avoir réalisé le caractère anormal de cet événement et a réagi de la même manière que pour la commercialisation d'un nouveau médicament banal1. Peu de temps après ce premier événement, des publicités pour le médicament sont apparues sur les grandes chaînes de télévision françaises. Ces deux événements représentant une brèche critique du secret, toutes les installations de France métropolitaine ont été mobilisées pour participer à l'Opération « Placebo ». Pour plus d'informations sur cette opération, veuillez consulter le [ document CUK-FR-P-01].

La Fondation a mené une enquête sur les « Laboratoires Plouton-Latarque » à l'origine des médicaments, mais aucune renseignement n'a pu être collecté sur cette organisation. Le numéro de téléphone indiqué sur les boîtes de « Padamalgam™ » renvoie effectivement au standard téléphonique des laboratoires, mais il s'est avéré impossible de localiser ce standard.

Addendum CUK-FR-02 : Malgré l'Opération « Placebo », il semblerait qu'un nombre conséquent de personnes aient consommé SCP-CUK-FR. Bien que le médicament semble avoir en partie fonctionné (voir Addendum-01 du [ document CUK-FR-P-01]), des effets secondaires importants sont apparus vers mai 2015 chez 57% des personnes ayant consommé le médicament.

Le principal effet secondaire a été surnommé « syndrome existentialiste » par le Dr Goldstein. Chez 22% des sujets, ce syndrome a causé une grande détresse mentale et une surcharge d'informations menant à des symptômes épileptiques, de l'apathie, voire, dans 11% des cas, à des lésions cérébrales irréversibles. Dans 21% des cas, toutefois, ce syndrome a déclenché chez ceux qui pouvaient la supporter une sorte « d'hyper-conscience ».

La mention à plusieurs reprises du terme « essentialisme aigu » sur les boîtes de SCP-CUK-FR était toujours resté mystérieuse pour nous. Si nous avions pu appliquer les autres « usages » du médicament, nous n'avions aucune idée de ce que « lutter contre l'essentialisme aigu » pouvait signifier. Jusqu'à maintenant.

Le syndrome existentialiste a touché tellement de personnes que nous avons pu l'étudier en détail. Vous voyez, le but original du médicament était d'éviter le biais de représentativité, c'est-à-dire d'empêcher un sujet d'assimiler un grand ensemble à un petit échantillon. Eh bien le syndrome existentialiste, c'est ça. Mais de manière systématique. Les sujets ne pouvaient plus caractériser ce qu'ils voyaient que de manière individuelle — mais pas seulement pour les individus, absolument tout était concerné. La moitié n'a pas supporté ce trop plein d'information : imaginez, vous êtes forcé de caractériser un par un chaque objet que vous voyez avant de pouvoir vous dire que cette chaise est une chaise, ce bureau un bureau, etc… Le syndrome existentialiste supprimait les catégories de choses. Pour ceux qui ont supporté cette « hyper-conscience », il n'y avait plus de « nous » ou de « eux », mais seulement une somme d'individualités dont chacune possède des caractéristiques propres.

En d'autres termes, leur pensée essentialiste était tout simplement supprimée. Le monde n'était plus un assemblage de catégories aux propriétés communes et immuables, mais une somme de petites choses aux propriétés propres. Cela équivaut plus ou moins à atteindre une rigueur scientifique parfaite, puisque les approximations, les intuitions et les préjugés sont supprimées. On ne base plus notre jugement sur une « essence » présupposée mais sur les caractéristiques de l'existence de la chose. D'où le nom de syndrome existentialiste.

La plupart des sujets affectés n'a toutefois pas survécu plus d'un mois. L'utilisation constante du cerveau en sur-régime était immanquablement fatale. Cependant, nous avons pu [DONNÉES SUPPRIMÉES]. Consultez [DONNÉES SUPPRIMÉES].
- Dr Goldstein

Addendum CUK-FR-03 :

Padamalgam2.jpg

Une publicité télévisée pour la seconde version de SCP-CUK-FR

Vers la fin de juin 2015, une seconde génération de « Padamalgam™ » a été commercialisée, de la même manière que la première. Dans les publicités accompagnant cette commercialisation, les « Laboratoires Plouton-Latarque » s'excusaient « sincèrement » à propos des « effets secondaires désastreux » et assurait que la nouvelle génération était « absolument sans danger ». Une nouvelle opération, menée en collaboration avec la Coalition Mondiale Occulte et le gouvernement Français, a permis de retirer des rayons la nouvelle génération de SCP-CUK-FR.

En août 2015, toutefois, des actions menées par une loge du Groupe d'Intérêt terroriste SAPHIR dans la ville de Montpellier ont attiré à nouveau l'attention de la Fondation sur SCP-CUK-FR. Ci-dessous le témoignage de l'agent Cheng, membre de la FIM Oméga-5 "Les Joailliers", après intervention :

On aurait dit qu'ils étaient drogués. Ouais. Mais pas un truc doux comme un p'tit joint, hein. Plutôt dans le genre crack ou crystal meth. Je crois qu'on a eu une illustration du mot "psychotique". Et pourtant… Pourtant, bah ils restaient implacablement logiques. Tout ce qu'ils disaient, même s'ils le disaient d'une manière… particulière, tout ce qu'ils disaient étaient cohérent. Même beaucoup trop cohérent.

Vous imaginez, on a l'habitude de ces gus-là. On sait qu'ils se branlent sur la logique et la méthode scientifique. Qu'ils aiment démonter les croyances de manière "rationnelle". Mais là… Eh bien, au début, ils paraissaient bien trop naïfs pour des hommes de SAPHIR. Ils n'avaient pas cette virulence caractéristique. Puis ils ont demandé à la foule s'il y avait des croyants. Il y en avait. Évidemment. Ils ne les ont pas jugés, pourtant. Ils ont demandé aux croyants d'expliquer leurs croyances. Précisément. Là, c'est comme s'ils s'étaient mis à analyser tout ce qu'on leur disait, mais à la vitesse de machines. C'est comme s'ils avaient oublié tous leurs préjugés sur les religions et qu'ils se contentaient de démonter ce qu'on leur disait. Et c'est ce qu'ils ont fait.

C'était étonnamment pacifique, hein, mais effrayant. Ils ont démonté un par un les arguments des croyants, et en ne s'appuyant que sur leurs paroles. Mais quand je dis démonter, ce n'était même plus un débat. Le public avait à faire à des monstres de logique qui gueulaient plus fort que pendant les débats à l'Assemblée Nationale. Je ne sais pas si vous imaginez, un concentré de méthode scientifique et de rhétorique pures balancées en pleine gueule du public. Vous pouvez écouter les enregistrements, hein. Mais les Joailliers sont formés à la rhétorique. Et il n'y avait pas une seule erreur dans leur discours.

Il s'est avéré que, malgré la destruction des stocks de la deuxième génération de « Padamalgam™ », cette loge de l'organisation SAPHIR avait pu mettre la main sur une quantité conséquente du médicament. Celui-ci a semble-t-il été détourné dans le but de créer une « drogue de la rigueur scientifique », permettant d'éviter toute erreur de raisonnement dans la logique formelle, d'empêcher les préjugés de rentrer en jeu, et, de manière générale, d'éliminer presque totalement les biais cognitifs.

Interrogatoire

Il n'a pas été possible de déterminer la quantité de drogue produite et/ou restante parmi l'organisation. Toute nouvelle apparition de cette drogue doit être activement surveillée.








notation: 0+x

Canon Français

Dos au Mur

DaM.jpg

Un jour, sans prévenir, les anomalies cessent d'apparaître. Petit à petit, ce nouvel état de fait ébranle évidemment le monde de l'anormal. La Fondation subit une restructuration massive, son réseau et ses agents servant à récupérer de nouvelles anomalies étant désormais inutiles. Et alors que la menace de l'anormalité s'efface dans les esprits, de nouvelles idées apparaissent : maintenant qu'il n'y plus qu'à confiner des objets connus, d'où la Fondation SCP tire-t-telle sa légitimité ? C'est cette question que se posent les grands États du monde, regardant avec convoitise les anomalies confinées sur leur sol depuis si longtemps.

Puis c'est l'escalade.

Les États-Unis sont la première nation à couper les subventions allant à la Fondation. Puis ils sont bien vite imités par tous les pays développés du monde. S'engage alors une véritable Guerre Froide entre les États et la Fondation, et c'est à coup d'espionnage, de sabotage et de sanctions économiques que se joue cette guerre clandestine. Les anomalies deviennent rapidement une ressource rare, objet de toute sorte de trafics et de conflits. La Fondation, elle, est estropiée : bien que la plupart des petites nation continuent à la financer, celle-ci se voit forcée de fermer des sites, d'effectuer des licenciements de masse et même de détruire les anomalies les plus coûteuses. Bien que celle-ci refuse d'utiliser ses anomalies comme des armes, les États n'en savent rien et la craignent encore, n'osant pas lui déclarer une guerre ouverte.

La situation s'enlise alors… jusqu'à ce que la Chine et la Russie décident de former une coalition anti-Fondation pour renverser l'équilibre des forces s'étant installé. La Fondation se retrouve alors plus menacée que jamais, quand des alliances se forment contre elle partout à travers le monde, et que la perspective d'un conflit armé devient de plus en plus réelle…

Le but de ce canon est de présenter une Fondation à genoux, estropiée par les gouvernements du monde et de décrire la politique et les actions menées par les différents protagonistes pour le contrôle de l'anormalité dans le monde.

N'hésitez pas à vous adresser au DrTeslaDrTesla si vous avez une question.

Comment publier une histoire ?

Lisez tout d'abord les quatre contes de transition dont les liens se trouvent en face du nom des parties, pour vous mettre dans l'état d'esprit du canon. Puis utilisez ce formulaire pour participer au canon. S'il vous plaît, ne publiez pas vos entrées sans passer par ce formulaire.


Partie 1 : une étincelle - Le calme

Partie 2 : le début de la fin - BGGPIGF_61

"Merci mais nous nous en occupons" par Spe MafiewSpe Mafiew

Partie 3 : Fondation foudroyée - A la croisée des chemins

Partie 4 : les coalisés - Réunion inexistante





notation: 0+x
logo.png

Dossier d'Information des Installations de la Fondation SCP

Désignation Officielle : Site Protégé de Commandement d'Urgence Français

Code d'Identification du Site : LFIKRHCF-Site-Heth

width="620px"



Informations Générales


Création : 12/04/1983

Fonction : Conservation des Archives Critiques de la Branche Française, zone d'expérimentation du DI&ST et détention de Personnes d'Intérêt. Sert de centre de gestion de crise pour le territoire français.

Taille : Superficie de 45 hectares

Couverture : Base militaire de l'Armée Française classée comme infrastructure de haute sécurité.

Organisation :

Secteur 1 (secteur protégé)

Aile A (surface) : Administration et quartiers du personnel

Aile B (surface) : Archives Critiques

Aile C (premier sous-sol) : Centre de Commandement d'Urgence

Aile D (premier sous-sol) : Logements d'Urgence

Aile E (second sous-sol) : Archives Critiques

Secteur 2 (secteur d'ingénierie)

Aile A - Conception

Aile B - Salles de test et de simulation

Aile C - Zones de test extérieures

Aile D - Usine

Secteur 3 (secteur de détention)

Aile A - Détention

Aile B - Détention haute sécurité

Aile C - Quartiers du personnel



Description de l'Installation


Le Zone-Protégée-Heth a été construite entre 1978 et 1983 au sein du Programme Crépuscule Hivernal, qui impliquait la création d'installations sécurisées en cas de conflit thermonucléaire au cours de la Guerre Froide. Celle-ci est installée dans l'ancien fort de ██████, fort polygonal faisant partie du système Séré de Rivières, bâti entre 1874 et 1876 et occupant vingt-deux hectares. Le fort fut entièrement rénové et constitue un Secteur Protégé où les anomalies sont interdites. De plus, certaines mesures comme des cages de Faraday, une surpression dans toutes les salles et un système de filtration de l'air, en plus d'une source d'eau et de réserves de nourriture, la rendent capable de résister aux attaques nucléaires2, bactériologiques et chimiques (NBC) et de fonctionner de manière autonome pour une durée de deux mois. Ce secteur accueille en surface le département administratif et une partie des Archives Critiques, ainsi que les lieux de vie. Les installations souterraines accueillent les documents les plus sensibles des Archives Critiques et le Centre de Commandement d'Urgence.

[[include component:image-block name=.jpg|width=230px|caption=]]

En 1994, du fait de la diminution importante du risque de conflit nucléaire, la Zone-Protégée-Heth a été déclassée en Site-Heth. Bien qu'elle conserve encore son Secteur Protégé et le Centre de Commandement d'Urgence qui restent des installations de haute sécurité, d'autres infrastructures ont été bâties aux alentours du fort. Celles-ci comprennent :

  • le secteur d'ingénierie, de grands locaux du DI&ST créés en 2002 et servant à concevoir du matériel et tester des solutions de confinement ;
  • le secteur de détention pour les Personnes d'Intérêt, installé dans un ancien pensionnat.

Pour des raisons de sécurité, ces deux derniers secteurs sont sensiblement éloignés du Secteur Protégé, donnant au Site-Heth son importante superficie, bien qu'une grande partie soit occupée par de la forêt. Du fait de ses fonctions, aucune anomalie n'est conservée de manière permanente sur le Site-Heth.



Organisation du Personnel


  • Direction :

Directeur du Site : Bernard Roche (4)

Directeur des Ressources Humaines : (3 - 4/RH)
Responsable des Affaires Internes : (3)
Responsable du Comité d'Éthique : (3)

Effectifs : 20

  • Commandement d'Urgence :

Responsable : Alexis Lacombe (3 - 4/EM)
Effectifs : 25 (DS) - 15 (DSI) - 5 (BSBI3)

Composante du DS, le Commandement d'Urgence est le premier rempart face à un Évènement de Classe-K ou toute autre crise majeure impliquant l'activation d'un Protocole d'Urgence4, et ne dépend alors plus de la structure hiérarchique classique : en temps de crise, les Commandants d'Urgence prennent leurs ordres directement du Conseil O5.

Les Centres de Commandement d'Urgence sont repartis dans des lieux stratégiques et placés au sein d'installations hautement sécurisées. Ceux-ci possèdent des moyens de communication poussés et de quoi superviser des opérations post-cataclysme, comme le système SYCOMORA5. Les Centres possèdent également des bunkers d'habitation pour le personnel de l'installation correspondante et d'éventuels rescapés extérieurs.

  • Archives Critiques :

Responsable : Sofia Jacobin (4)
Effectifs : 37 (Département Administratif)

Archives.jpg

Des coffres sécurisées des Archives Critiques sur le Site-Heth.

Les archivistes des Archives Critiques sont des documentalistes possédant de hauts niveaux d'accréditation du fait des documents qu'ils manipulent. Ceux-ci sont sélectionnés après une carrière exemplaire au Bureau des Archives puis passent des tests psychologiques rigoureux pour s'assurer de leur fiabilité. Ils reçoivent fréquemment de nouvelles archives à classifier et des documents en tous genres et sont chargés de leur bonne conservation.

  • Ingénierie :

Responsable : Martin Carlos
Effectifs : 25 (DI&ST) - 37 (Manufacture)

DI&ST.jpg

Le centre du DI&ST et l'usine de la Manufacture lors de leur construction.

L'installation du DI&ST sur le Site-Heth se compose d'un centre de conception, d'une zone de tests et d'une usine du Département de la Manufacture, capable de fabriquer des éléments de grande taille sur mesure, comme des portes blindées et des revêtements métalliques. Ce centre constitue l'une des usines maîtresses de la Fondation sur le territoire français et distribue sa production à toutes les installations s'y trouvant. Celui-ci possède un héliport pour l'acheminement des composants vers les autres installations.

  • Détention :

Responsable : Cdt James Morris
Effectifs : 30 (DS) - 7 (DSI) - 5 (Département Médical)

Détention.jpg

Le bâtiment abritant le centre de détention avant sa rénovation.

Le centre de détention du Site-Heth a été conçu pour accueillir les Personnes d'Intérêt non-anormales qui, pour une raison ou pour une autre, ne peuvent pas être amnésiées puis retournées à la vie civile. Celui-ci permet d'éviter la construction d'infrastructures de détention sur les installations de confinement, et ainsi empêcher la perte des Personnes d'Intérêt en cas de brèche. Son personnel est composé principalement d'agents du Département de la Sécurité en poste permanent sur le secteur.

  • Sécurité :

Responsable : Cdt Fabien Bucchini
Effectifs : 50

Les agents de sécurité du Site-Heth sont d'effectuer des patrouilles pour sécuriser la grande surface de l'installation, ainsi que de veiller à la protection des Archives Critiques et du Centre de Commandement d'Urgence.




Gentilshommes and Co.

ATTENTION : Accréditation 4/AUT-FR-Ω requise

Le fichier auquel vous tentez d'accéder n'est disponible qu'aux membres du personnel disposant d'une accréditation de niveau 4/AUT-FR-Ω. Cette accréditation n'est pas incluse dans le protocole général de sécurité de niveau 4 et n'est pas compatible avec une accréditation de type O5.


Toute tentative d'accès au-delà de ce point sans disposer de l'accréditation nécessaire est motif de révocation de la Fondation. En entrant vos identifiants, vous consentez à vous exposer à une image contenant un agent mémétique connu, et à vérifier que vous êtes inoculé face à cet agent. Dans l'éventualité d'un accès non autorisé, cette console deviendra inopérable. Le personnel de sécurité sera envoyé afin de vous réanimer et de vous escorter jusqu'à une cellule de détention pour interrogatoire. Toute tentative d'accès à ce fichier depuis un ordinateur non connecté à l'intranet de la Fondation résultera en une élimination immédiate et ce indépendamment de votre niveau d'accréditation.


logo.png
Tau3

Dossier d'Information des Forces d'Intervention Mobiles de la Fondation SCP

Désignation Officielle : Force d'Intervention Mobile Tau-3

Surnom : Régiment du Roy

Code d'Identification : FIMFRT3GDI74


Informations Générales


Création : 09/12/19██

Créateur(s) : Directeur Bruce Garrett, O5-██

Quartier Général : Site-Aleph

Fonction : Cette FIM a été créée dans le but de localiser et récupérer les objets SCP créés ou appartenant au Groupe d'Intérêt "Les Gentilshommes" ainsi que d'appréhender les Gentilshommes eux-mêmes. De manière générale, cette FIM est la première réponse face aux menaces posées par le Groupe d'Intérêt.

Profils recherchés : Afin d'éviter tout basculement d'un membre du personnel vers le Groupe d'Intérêt, les agents de cette FIM devront posséder en priorité un profil hostile à l'anormalité, que ce soit à la suite d'un traumatisme ou par simple conviction. Ceux-ci devront également être sélectionnés pour leur manque de réceptivité face aux problématiques soulevées par les Gentilshommes, soient l'humanisme et le transhumanisme, et la philosophie des Lumières en général. Pour les agents de terrain, une faible sensibilité aux agents mémétiques est également recherchée.


Personnel affecté







Objets récupérés



Rapports de mission








Carburant Tesla™

Les images carburant sont stockées ici.


































Concours des 5 ans

NE PAS SCROLLER
Ou vous serez maudit jusqu'à la treizième génération et trois chatons mourront dans le monde.














notation: 0+x

Objet # : SCP-GUS-FR

Niveau de menace : Blanc/Bleu/Vert/Jaune/Orange/Rouge/Noir/Indéterminé [remplacer par white/blue/green/yellow/orange/red dans le code en raccord avec la couleur]

Classe : Sûr/Euclide/Keter (indiquez quelle classe)

Procédures de Confinement Spéciales :

Description :

Addendum :

GUS-FR-1.jpg
Explosion du …/…, trois minutes après

Cher Jean,

Tu ne peux imaginer les merveilles que fait Gustave sur le terrain ! La modernité est en marche et les Boches n'y voient que du feu — figurativement et littéralement. Lors de l'explosion de Munich le …/…, il n'a fallut que dix minutes pour que les corps de l'ennemi disparaissent. Sans laisser la moindre trace ! Cette putréfaction singulière est un outil fabuleux et Gustave en est l'artisan. Le maître, devrais-je dire. Nos explosions se voient entourées d'une aura de mystère et plongent les croyants dans la terreur : « Comment les enterrer ? » ; « C'est une punition de Dieu ! », je te laisse imaginer la musique. Ce qui importe, ce sont les journaux boches qui titrent « Où sont les corps ? » sur leurs unes. Nous sommes célèbres, très cher ami.

Je te joins une photographie. Sache que ces Boches ont été photographiés seulement trois minutes après l'explosion, et vois leur état ! Il n'a fallut qu'une autre poignée de minutes pour qu'ils disparaissent totalement.

J'attends de tes nouvelles avec impatience.

Bien à toi et vive la France,

Marc

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License