Les Dédales du Labo B9

CETTE PAGE EST EN TRAVAUX, J'AIMERAIS L’ÉGAYER UN PEU

"Tonnerre Tonitruant est largement en tête sa victoire ne fait plus de d-OH MAIS ATTENDEZ… Oui ! Je ne rêve pas : Vent d'Ouest qu'on croyait pourtant hors de course en raison de sa blessure vient de rattraper son retard ! Il dépasse le troisième, le voilà deuxième ! Mesdames et Messieurs c'est incroyable, il talonne à présent Tonnerre Tonitruant qui avait pourtant une large avance sur ses concurrents ! La ligne d'arrivée est proche et… OUI ! Voilà qui est invraisemblable ! Celui que de tout le monde voyait partir perdant remporte la course grâce à une remontée de dernière seconde ! Ceux qui ont parié sur ce cheval ne vont pas le regretter !"


Marchet jeta le journal sur la table basse :

"750 euros à 1 contre 100 ?! C'est ça que tu appelles rester discret ?"

Luc Ecruss se frottait le bras droit en signe de malaise, il avait trouvé son responsable assis au beau milieu de son salon en rentrant des courses l'autre type de course, et appréhendait la façon dont cette entrevue surprise allait se terminer.

"Tu alignes tous les numéros gagnant du Loto, une semaine plus tard tu te fais virer d'un casino de Vegas pour avoir mis à sec une machine à sous et maintenant tu fais gagner un cheval boiteux ? Tu crois que c'est ça que j'entendais quand je te demandais de faire profil bas ? reprit l'Agent. Te rends-tu seulement compte de la situation dans laquelle tu t'es mis ?"

L'intéressé ne savait plus où se mettre, il aurait voulu s'asseoir mais la pièce ne comportait qu'un grand canapé en cuir, et se placer aux côtés de l'homme qui était en train de lui faire la morale n'était certainement p-

"Heh oh ? Tu m'écoutes ?

- Oh heu, oui… Oui, oui. Je suis désolé.

- Je me fous de tes excuses. Une anomalie comme la tienne doit être surveillée de façon attentive, tu sais ce que je risque si on apprend que tu viens d'empocher deux millions alors que tu es sous ma responsabilité ?

- Je peux te payer, suggéra Ecruss, plein d'espoir avant de croiser le regard plein de dédain de son interlocuteur.

- Tu penses que j'accorde de l'importance à ton argent ? Nom de Dieu, il serait vraiment temps que tu mettes les pieds sur terre : c'est de ta vie qu'on parle."

Pour la première fois depuis le début de cet entretien, Luc quitta son expression d'enfant pris sur le fait pour afficher l'air d'une personne réellement inquiète.

"Hein ?

- Tu t'attendais quoi ? A vrai dire, c'est un miracle que seul le Bureau se soit intéressé à toi après le boucan que tu as fait. Mais cette fois c'était la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Tu es suivi.

- Par qui ? Pour quelle raison ? Je n-

- Pour quelle raison ? Tu es une réserve d'argent ambulante ! Ta seule existence devrait faire s'effondrer la française des jeux… Je n'ai pas demandé au type qui filait ta bagnole mais si tu as de la chance, c'est un flic qui enquête sur toi.

- Et si j'ai pas de chance ?

- Un membre d'un gr-… d'un organisme qui souhaiterait utiliser un individu qui peut altérer les probabilités des jeux d'argents en sa faveur.

- Mais… ça ne marche pas si j'essaie de gagner pour quelqu'un d'autre ! J'ai déjà essayé, si je joue en ayant en tête l'idée de donner le pactole à quelqu'un ça ne fonctionne pas et je suis perdant !

- Va dire ça au type qui te suit.

- Vous allez m'aider hein ? M'en débarrasser ?

- Je suis ton responsable, pas ton garde du corps. Tu t'es mis tout seul dans cette situation et le Bureau a autre chose à faire. On va garder un œil sur la situation, si le type est un civil, tu te débrouilleras tout seul avec lui, mais si il appartient à une association avec des intérêts particuliers, nous aviserons.

- Il y en a beaucoup ?

- De quoi ?

- Des groupes comme le vôtre qui surveillent les… les gens comme moi…"

Christophe Marchet grinça imperceptiblement des dents… Il en avait trop dit, Ecruss n'était pas particulièrement coopératif et il n'était pas sensé connaître les activités du Bureau et encore moins ce qui concerne la Fondation dans son ensemble.

"Disons simplement que ton cas n'est pas unique et que nous ne sommes pas les seuls à en avoir conscience."

Luc regardait la pointe de ces pieds en se mordant la lèvre inférieure. Le Bureau était rentré dans sa vie du jour au lendemain sans lui laisser le choix et l'avait forcé à diminuer ses excès, mais c'était plus fort que lui. Il gagnait, il gagnait dans arrêt ! Il ne pouvait pas s'arrêter !

Marchet récupéra son imperméable et se dirigea vers la porte, mais il s'arrêta une dernière fois le temps de se tourner vers Luc et de lancer :

"Et cette fois, pas de jeu. Compris ?"


"Quinte Flush Royal, M. Ecruss remporte la mise."

Luc souriait, encore une victoire facile, et cette fois elle devrait être indétectable. Des grognements mécontents s'élevèrent autour de la table. Un homme jeta ses cartes au sol, un autre fondit en larmes alors que deux gorilles en costard le traînaient vers l'arrière salle et le dernier, assis en face de Luc, sortit un flingue.

Oups.

Il eut tout juste le temps de se jeter sous la table qu'un premier coup de feu retentit, immédiatement suivi des cris de la foule. Il ne pouvait distinguer que les jambes des fuyards, s'activant avec effervescence afin d'emmener leurs détenteurs en lieu sûr, beaucoup trébuchaient, certains chutaient, une femme en particulier s'était effondrée et ne semblait pas prête de se relever : un nouvel orifice bordeaux ornait son front et suintait de liquide sombre.

Luc décida que c'était un signal céleste, qu'il était temps pour lui de dégager d'ici et de ne plus jamais désobéir aux consignes de Marchet. C'était en homme changé qu'il allait s'extirper de dessous cette table et piquer un sprint vers la sortie.

Ce fût néanmoins toujours le même Luc Ecruss qui, après une molle tentative de sortir discrètement de sous la table, se fit intercepter par un homme avec des bras de gorilles…

Des bras de gorilles ?

Ce n'était pas une fine métaphore pour comparer la poigne de son agresseur à celle d'un puissant mammifère des forêt du sud, l'homme qui venait d'attraper Luc et qui le soulevait à présent à plus d'un mètre du sol avait littéralement les membres supérieurs d'un gorille à d'eau argenté.

Et il n'était pas seul. Dégageant sans ménagement le corps de la femme d'un revers du pieds, celui que Luc reconnut comme étant le tireur s'approcha et lui adressa la parole avec l'accent très reconnaissable des habitants du sud de la France.

"Bien le bonjour M. Ecruss, mon nom est Martin Giudicelli. Excusez les manières de mon ami, je ne voulais pas prendre le risque que vous nous filiez entre les doigts. Nous ne pouvons pas malheureusement rester ici bien longtemps, mais croyez moi, ceci est le début d'une belle amitié."

Description: SCP-1313 is an anomalous series of logical processes, capable of being defined as a mathematical equation to which the answer is a single female specimen of Ursus arctos. The equation itself does not appear to be inherently anomalous, but rather a quirk of mathematics — rather than producing any number in R\A (the set of all real numbers that are not animals), SCP-1313 resolves to produce a tangible, adult, and frequently enraged grizzly bear. The resolution does not have to be physically represented, and simply considering the problem long enough to arrive at the solution has resulted in a bear's manifestation in or around the subject solving it.

SCP-1313 does not require any particular mathematical ability to comprehend, beyond a basic understanding of elementary algebra, but all steps of the sequence must be completed in order to reach the correct answer. Skipping parts of the process or attempting to start midway through will not result in any anomalous effects, and will likely produce a purely mundane result.

Currently, examination of partial components of SCP-1313 has revealed the following information about the anomaly:

  • That SCP-1313 itself conforms to all axioms used in current number theory (although at times has proven to be remarkably stubborn).
  • That bears cannot be returned to numerical form simply by solving the equation's inverse, pending the invention of a method of applying mathematical operations to physical objects.
  • That SCP-1313 can be used as an element of other equations to produce semi-anomalous results. For example, √SCP-1313 resolves to the square root of a live grizzly bear — likewise, SCP-13132 is the product of two live grizzly bears multiplied together. It is not recommended that such 'derivative' equations be solved, as the creatures produced are usually poorly integrated into our reality, and invariably extremely hostile during their brief periods of existence1.
  • That grizzly bears exist within the set of all real numbers, and are not prime. The square root of a grizzly bear is prime, however, and is the only prime number that a) is not a cardinal number, b) is neither even nor odd, and c) contains an animal component. The implications that the root of a bear is an integer, and therefore that bears themselves exist on an ordinary number-line, are currently being investigated by Prof. Hutchinson.

SCP-1313 first came to the Foundation's attention in 1967, when a bear attack was reported at Whitecross High School, Hereford, England. 1724 separate incidents of bear attacks in educational institutes have been observed since, with an estimated 1600 fatalities and 900 further non-fatal injuries. Of the 1724 bears and mathematical bear-composites generated, at least 20% are still at large.

Notice: If during the reading of this document you have pondered the nature of SCP-1313 to such a degree that you feel you have have independently formulated a portion of its structure, you are advised to make your way to your Site's nearest Amnestic Distribution Station, and then (following administration) to Animal Control. Failure to do so may result in disciplinary action and/or bear-related injury.

Choses à faire :

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License