Lusus Naturae
rating: 0+x

Objet # : SCP-XXX-FR

Classe : Euclide

Niveau de menace : Orange

Procédures de Confinement Spéciales : Les trois instances de SCP-XXX-FR-1 détenues par la Fondation doivent être conservées au Site-██ dans un casier de confinement standard. Si la création d’une instance de SCP-XXX-FR-2 s’avère nécessaire pour un test, celle-ci doit être détenue dans une cellule de confinement d’humanoïde standard et il est nécessaire de vérifier que l’entité s’alimente et s’hydrate correctement, quitte à utiliser la force. SCP-XXX-FR-3 doit être entouré d’une clôture électrifiée située à cinq-cents mètres du village. Une équipe de vingt-cinq personnes disposant d’un armement standard doit être présente sur le site en permanence. Un réseau de caméras de surveillance doit être installé dans SCP-XXX-FR-3.

Si une instance de SCP-XXX-FR-2 s’approche de la clôture, celle-ci doit se voir administrer des amnésiques de Classe-A et doit être raccompagnée au village, cela afin de prévenir une action coordonnée contre l’équipe de confinement. Si nécessaire, le recours à des moyens létaux est toutefois autorisé pour empêcher toute tentative de brèche de confinement. Les instances de SCP-XXX-FR-2 doivent être considérées comme dangereuses et imprévisibles en toutes situations.

Description : SCP-XXX-FR-1 désigne une prothèse artificielle de cœur humain. Contrairement à d’autres prothèses tentant de reproduire le plus possible l’architecture d’un cœur réel, SCP-XXX-FR-1 diffère grandement de son homologue organique. L’objet est constitué principalement de bronze et de caoutchouc noir. Le "battement" de SCP-XXX-FR-1 est assuré par le déplacement du haut vers le bas d’un soufflet en caoutchouc fermé par un rond de bronze. La partie supérieure de SCP-XXX-FR-1 est constituée d’un ensemble d’engrenages dont le fonctionnement est encore mal compris. Cet ensemble est protégé par un carter en bronze d’une épaisseur d’un centimètre. Des tuyaux homologues aux vaisseaux sanguins connectés à un cœur organique dépassent de ce carter. Il est à noter qu’aucun système d’alimentation n’a pu être trouvé à l’intérieur de SCP-XXX-FR-1.

Trois fioles de verre sont fixées à l’extérieur de SCP-XXX-FR-1, elles contiennent respectivement des liquides de couleur bleue, rouge et orange. L’analyse de ces liquides a montré qu’ils contenaient principalement de la dopamine, de la sérotonine, de l’ocytocine, de la ████████████ ainsi que plusieurs autres composés inconnus. Il est à noter qu’en dehors de ces liquides, les matériaux constituant SCP-XXX-FR-1 ne présentent pas de propriété anormale.

L’effet anormal de SCP-XXX-FR-1 se manifeste lorsque l’objet est greffé sur un être humain à la place du cœur. Les chances que le patient meurt sur la table d'opération sont les mêmes que pour une greffe classique, toutefois, aucun cas de rejet n’a jamais été observé. De plus, aucun début d’oxydation n’a été observé sur une instance de SCP-XXX-FR-1 malgré son contact avec différents fluides organiques. Lorsque greffé, SCP-XXX-FR-1 accomplira toutes les fonctions biologiques que remplissait déjà le cœur organique. En outre, les liquides contenus dans les fioles de verre seront diffusés dans le sang (les fioles semblent capables de synthétiser ces produits d’elles-mêmes, ce qui signifie qu’elles ne se retrouvent jamais vides). La diffusion de ces liquides a pour effet de plonger le porteur de SCP-XXX-FR-1 (alors appelé SCP-XXX-FR-2) dans un état d’euphorie constant. L’instance de SCP-XXX-FR-2 est alors incapable de ressentir toute émotion habituellement perçue comme négative, telles que la tristesse, la colère ou la douleur.

Les instances de SCP-XXX-FR-2 voient également le système de punition de leur cerveau entièrement bloqué, elles ne reçoivent plus aucun stimulus négatif, quelles que soit leurs actions. Cela entraîne alors chez elles une absence totale d’empathie ainsi qu’une très forte amoralité. Les instances de SCP-XXX-FR-2 font également preuve d’une curiosité exacerbée, celle-ci n’étant plus modérée par les considérations éthiques, morales ou même d’auto-préservation. Les entités feront donc tout leur possible pour obtenir une réponse aux questions qu’elles peuvent se poser. Ainsi, de nombreux cas de suicides ont été constatés peu de temps après des greffes de SCP-XXX-FR-1 malgré l’état d’euphorie des instances de SCP-XXX-FR-2. Les instances dont on a empêché le passage à l’acte évoquent un désir de "savoir ce qu’il y a après". Les instances de SCP-XXX-FR-2 ont donc un comportement pouvant changer aussi rapidement que le fil de leurs pensées.

SCP-XXX-FR-3 désigne le village de ███████ situé en Bulgarie, abritant des instances de SCP-XXX-FR-2.

Création : SCP-XXX-FR-1 ainsi que les premières instances de SCP-XXX-FR-2 ont été créés par le docteur G██████, diplômé en médecine de l’université Pierre et Marie Curie, Paris, France.

Celui-ci aurait dans un premier temps créé des prothèses d’autres parties du corps. Celles-ci ne présentent pas de propriété anormale, sont facilement attachables et détachables et sont parfaitement fonctionnelles. Elles utilisent toutefois la même technologie abstruse de rouages utilisée pour SCP-XXX-FR-1. La Fondation détient à l'heure actuelle sept de ces prothèses (à savoir deux jambes gauches, une jambe droite, un pied gauche, un bras gauche, un bras droit et une main droite), récupérées sur des corps à l'intérieur de SCP-XXX-FR-3.

Elles possèdent également diverses pièces qui pourraient éventuellement être utilisées pour le combat (telles que des lames cachées rétractables). Lors de tests, il a cependant été impossible de déployer ces pièces sans outils.

Le docteur G██████ se serait alors servi de la démonstration de ces prothèses pour rallier autour de lui une communauté d’environ mille quatre cents personnes (en majorité des personnes handicapées et leur entourage) en leur promettant une vie meilleure grâce à la technologie. Il leur aurait ensuite demandé de le suivre en Bulgarie où la communauté a établi le village de ███████ en 20██, site aujourd’hui désigné par SCP-XXX-FR-3.

Une fois là-bas, le docteur G██████ aurait commencé le développement de SCP-XXX-FR-1, se servant occasionnellement de membres de sa communauté comme sujets de test. Une fois SCP-XXX-FR-1 mis au point, il semblerait qu’il l’ait greffé à l’ensemble de sa communauté, à l’aide d’autres médecins ayant choisi de le suivre. Le comptage des individus vivant dans SCP-XXX-FR-3 montre que 30% de sa population initiale est encore en vie au moment de l’écriture de ce rapport.

Le confinement initial de SCP-XXX-FR-3 n'a résulté en la suppression que de trois instances de SCP-XXX-FR-2, les autres entités s'étant contentées d'observer la réaction de l'équipe de confinement face à l'attaque des trois instances. Les corps ont été récupérés afin d'être disséqués.

Il semble que la population restante de SCP-XXX-FR-3 ait choisi de s’organiser à nouveau en société, toujours centrée autour du docteur G██████. Celui-ci réside toujours dans le village et le travail de l'équipe de confinement a permis d'étendre le réseau de caméras de surveillance jusque dans sa résidence personnelle. Depuis le début du confinement, il a passé le plus clair de son temps à travailler sur des modèles de prothèses similaires à ses premiers travaux ainsi qu'à effectuer des ajustements sur des instances de SCP-XXX-FR-1. La Fondation ignore si le docteur G██████ est lui-même une instance de SCP-XXX-FR-2. Tout changement dans son comportement doit immédiatement être signalé au Dr █████.

De plus, depuis le début du confinement, █ personnes sont nées au sein de SCP-XXX-FR-3, dont █ ont survécu et ont été converties en SCP-XXX-FR-2, le reste ayant été [DONNÉES SUPPRIMÉES].

Par ordre du Comité d’Éthique, tout individu naissant au sein de SCP-XXX-FR-3 doit dorénavant être immédiatement évacué et placé en famille d’accueil. Toute grossesse doit être surveillée de près. Une motion visant à stériliser toutes les instances de SCP-XXX-FR-2 est en cours d’étude.

SCP-XXX-FR-3 est le seul exemple connu de société où aucun des membres ne possède de sens moral ou ne se soucie du bien-être des autres. Les individus encore en vie sont ceux étant curieux de découvrir à quoi une telle société peut aboutir. SCP-XXX-FR-3 n’a donc pas été détruit dans le but d’étudier cet exemple unique.

Addendum SCP-XXX-FR.1 Extraits d’un journal retrouvé dans une des maisons de SCP-XXX-FR-3

Addendum SCP-XXX-FR.2 Interview de D-3335

Interviewer : Dr █████
Interviewé : D-3335

Avant-propos : SCP-XXX-FR-1 a été greffé sur D-3335 et son cœur d’origine conservé. Après une journée passée avec SCP-XXX-FR-1, l’ancien cœur de D-3335 lui a été à nouveau greffé. L’interview a lieu au moment du réveil de D-3335 après son opération. Le sujet a été menotté à son lit par mesure de précaution.

Dr █████ : Comment vous sentez-vous D-3335 ?

D-3335 : Non, pourquoi vous me l’avez enlevé ?! Pourquoi vous avez fait ça bordel ?!

Dr █████ : Veuillez vous calmer D-3335. Nous vous avons juste rendu votre cœur d’origine.

D-3335 : Vous comprenez pas vous pouvez pas comprendre ! Vous savez pas ce que c’est que d’être heureux !

D-3335 se met à s’agiter sur son lit et refuse de répondre à d’autres questions. Il est sédaté et ses menottes lui sont retirées afin de l'enfermer dans sa cellule.

Discours de clôture : Dès son réveil, D-3335 s’est mis à se cogner la tête contre l’un des murs de sa cellule. Malgré la violence des chocs, D-3335 est parvenu à rester conscient jusqu’à un dernier choc ayant entraîné sa mort.

Addendum SCP-XXX-FR.3 Interview du docteur G██████

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License