Mein Blut

C'EST LE BORDEL, CHERCHEZ PAS DE LOGIQUE


1000w_q95-5.jpg
L'Agent Rittler en observation de SCP-███-FR avant sa capture par la Fondation.

Nom : Diegfried "Blitzbrecher" Rittler

Surnom : Blut

Âge : 30 ans

Niveau d’accréditation : Niveau 2

Département : Agence de Renseignements (Renseignement militaire humain)

Autre : L'Agent Rittler était avant son engagement dans la Fondation un auxiliaire rattaché aux Kampfschimmer (unités d’opérateurs des forces spéciales allemandes, comparables à des nageurs de combat) en tant que spécialiste du renseignement humain, son niveau en natation est excellent. Il a reçu l'entrainement standard des Kampfschimmer. Également, il a suivi une formation de photographe militaire, et dispose de tout un panel de compétences liés aux renseignement humain. Il vit dans la zone résidentielle du site Aleph, appartement 87-B. Il a également passé un brevet de parachutisme militaire, mais n'a pas poussé son entrainement a haut niveau. Suite une dérogation, l'Agent Rittler est désormais autorisé à conserver sur lui son arme de poing (FN - Five-seveN) à l'intérieur des installations du site Aleph.

Description physique : L'Agent Rittler mesure 1 mètre 70, et pèse 86 kilos. Rittler est un homme typé caucasien. Il a les cheveux blond tirant vers l'argenté coupés généralement très court et ses yeux sont bleus ciel. Il est assez musclé et agile. L'Agent Rittler possède une cicatrice sur la joue droite, sur le poignet droit ainsi que sur le torse (cette cicatrice le fait parfois souffrir légèrement). Comme autre signe distinctif, un tatouage, visible sur son omoplate droit, représente le Kraken attaquant un navire à voile.

Profil psychologique et comportemental : L'Agent Rittler est calme, et garde son sang-froid en toutes circonstance. Il est très pragmatique, peut être trop selon certains de ses collègues, et se montre assez distant vis-à-vis de ces derniers. Parle bien français mais avec un fort accent Allemand, et à tendance a remplacer les mots qu’il ne connait pas par leur équivalent germain. Il est extrêmement respectueux de la discipline et de la procédure (au niveau des relations humaines), ce qui le fait passer pour un psychorigide. L'Agent Rittler ne boit pas de boissons alcoolisées, supportant peu ce type de boissons, mais fume des cigarettes. L'Agent Rittler est assez apprécié par ses collègues et les employés du site Aleph, notamment pour son honnêteté.

Biographie : Né le 20/01/████ à Hambourg. Il a vécu une enfance normale. Il fut placé en académie militaire par sa décision. Grace à ses aptitudes, il fut rattaché à un groupe de Kampfschwimmer. Suite à l'événement [DONNÉES SUPPRIMÉES] il fut engagé par la Fondation.

Bonjour à tous.

Si vous êtes ici c’est pour écouter une conférence sur l’espace, comment y voyager et quels sont ses dangers. Je vais vous demander de ne pas parler durant la totalité de ma conférence. Cette conférence est la partie première, celle ou je ne vais pas me perdre dans des explications théoriques longues.

Donc je vais commencer par ma partie favorite, les dangers de l’espace.
Je pense que certains d’entre vous lisent ou regardent des films ou des livres de science-fiction, moi personnellement j’adore, mais là n’est pas la question. Assez souvent les personnages sont projetés dans le vide spatial assez brutalement, et sans protection adaptée. C’est amusant de voir à quel point les scénaristes sont ingénieux pour trouver aux personnages des morts spectaculaires. Parfois ils explosent, des fois ils sont retournés comme des gants. Tout ça est bien entendu faux et archifaux.

Sur Terre, la vie est fort sympathique, tout un tas de facteurs nous rendent la vie tranquille. En premier il y à l’atmosphère, qui ma foi est très utile, elle entoure et protège notre bel habitat. Elle nous protège des rayons ultra-violets, maintient une pression atmosphérique viable et régule la température. Le vide spatial, par contre, est beaucoup moins agréable. Etant donné que l’atmosphère ne nous protège bien entendu pas dans l’espace, nous sommes exposés à une multitude de choses…néfastes pour nous.

Ça semble logique, mais le plus grand danger de l’espace c’est le manque d’une chose qui nous est chère : l’oxygène. Et aussi l’ébullisme. Si vous ne le saviez pas, l’ebullisme c’est la formation de bulles des liquides de notre organisme suite à une baisse de pression atmosphérique. Dans le vide spatial, la pression est si basse que la température d’ébullition des liquides de notre corps se trouve en dessous de 37°. Et O surprise, la température normale de notre corps est de 37°. Des bulles de gaz se forment alors en nous et ce n’est pas très agréable si vous êtes vivant et constitué comme nous. Le corps gonfle alors, mais je vous rassure, vous n’exploseriez pas, car notre peau est très élastique. En tout cas ce n’est pas bon pour vous. Pas du tout.

Curieusement, votre sang ne bouillira pas tout de suite, mais votre circulation sanguine sera très entravée. Mais vous auriez mal, vraiment mal.
Un autre problème majeur, le manque d’oxygène. Votre corps aura épuisé tout l’oxygène en à peu près 15 secondes, et vous perdriez connaissance, au moins vous aurez plus très mal après. Certains auront peut-être envie de me dire qu’ils retiennent leur respiration plusieurs minutes, eh ben pas de chance, dans l’espace c’est diffèrent. Vu qu’il n’y a pas de pression extérieure, vous dégusterez en retenant votre respiration, l’air conservé se dilaterait très vite et vos poumons éclateraient. Pas votre corps hein, juste vos petits poumons.

Après votre perte de connaissance, vous aurez à peu près deux minutes de vie avant de mourir pour de bon. Pendant ce temps, votre corps se prendra beaucoup d’UV. Beaucoup trop. Vous aurez un sacré coup de soleil. Les UV et les photons à haute énergie endommageraient très gravement votre ADN, et vous subirez des mutations qui vous causeront surement des cancers, si vous survivez bien entendu.
Ensuite il y a le froid. Il fait très froid dans l’espace, mais vous ne deviendrez pas un glaçon pour autant, car le vide empêcherait un transfert rapide de chaleur.

Donc résumons. Vous êtes tout nu ou habillé normalement dans l’espace, sans combinaison. Vous êtes mal, très mal. Vous commenceriez à gonfler, à muter, à perdre connaissance, et vos petits poumons sur le point d’exploser. C’est parfait ! Une vie de rêve. Elle n’est pas parfaite la vie … sur Terre bien entendu !

Un conseil, retenez votre souffle, ce sera moins douloureux.

Les étoiles sont très loin ! La plus proche étoile, si j’omets le soleil, est Alpha du Centaure qui est à 4,3 années-lumière de nous, c’est-à-dire que la lumière prend quatre ans et un peu plus pour faire le voyage. Au fait, beaucoup de gens pensent que l’année lumière est une mesure d’une durée. Non c’est une mesure d’une distance, ne vous laissez pas avoir. Bref, exprimé en kilomètres, cela représente quarante mille milliards de kilomètres, soit 107 millions de fois la distance Terre-Lune, ou encore a peu près deux cent mille fois la distance Terre-Mars. Et les autres étoiles sont encore plus loin…

Par exemple, la sonde spatiale Voyager 2 (qui est devenue, après avoir été accélérée par Jupiter, l'objet le plus rapide fabriqué par l'humanité), à sa vitesse maximale de 40 km/s, mettrait 32 000 ans à atteindre alpha du Centaure qui est l'étoile la plus proche du Soleil. Précisons qu'elle ne se dirige pas vers elle…. Et vers aucune étoile proche en fait. Donc si on ne trouve pas un autre moyen pour voyager ce sera long. Horriblement long.

Pour arriver à faire un voyage vers une étoile proche, disons de 10 années-lumière, dans des durées raisonnables à notre échelle, disons vingt ans, il faudrait une vitesse moyenne de l'ordre de la moitié de celle de lumière, c'est à dire 150 000 km/s ou encore 540 millions de km/h. Attention, je parle de temps terrestre, pour les occupants, la durée du voyage serait en fait légèrement réduite, soit 17,3 ans, ce qui reste long.
Pourquoi me diriez-vous ?
Un intervalle de temps δt, prononcé "delta-t" mesuré par une horloge dans le vaisseau correspond à un intervalle temporelle δt0 mesuré sur terre selon la formule :
due à Lorentz. Dans cette formule, v est la vitesse du vaisseau, et c’est la vitesse de la lumière.
Pour un vaisseau qui irait à la moitié de la vitesse de la lumière, v2 / c2= 1/4 et le facteur racine… vaut 0,866. On a donc 20 ans (sur terre) x 0,866 = 17,3 ans (dans le vaisseau)

Ceci dit, même si cet effet réduit le temps de voyage perçu par les occupants, ce n'est pas très intéressant pour nous terriens car ce qui nous intéresse c'est de pouvoir envoyer un vaisseau vers une autre étoile dans un temps acceptable pour nous !

Ah, euh excusez-moi, la première partie est achevée, la partie deux est dans dix minutes, même salle, je vous parlerai alors de Tsiolkovsky et de sa formule.


Crawl out through the fallout, baby
When they drop that bomb
Crawl out through the fallout
With the greatest of aplomb

La terre était face à moi. Ah cette grosse boule bleue, qui était le berceau de l'humanité. Notre berceau, là où tout à commencé, et la où tout s'éteindra. Vaut mieux pas trop y penser, mais bon.
Dans mon casque résonnait une douce musique, je ne sentais plus le lourd poids de mon corps, uniquement un léger fardeau.
Dans ma main une petite caméra.
Sous mes pieds se trouvait une poudre blanchâtre, semblable à de la poussière épaisse.
Bref, j'étais au paradis sur terre, enfin, sur la lune.
D'un léger coup de pied, je tapota un monticule de pierres et de poussières, j'en envoya un peu valser mécaniquement, comme à mon habitude.
Why don't you crawl out through the fallout back to me

Elle retomba lentement, trop lentement si je serais sur la surface terrestre. Mais je n'y étais pas. La poussière était face à moi, se dispersant légèrement dans le vide atone qui m'entourait.

Why don't you crawl out through the fallout back to me

C'était assez beau, et j'en saisis un peu à vol, la tenant dans ma main ganté de blanc.
C'était beau si on omettait plusieurs points. Primo c'était hautement radioactif, comme tout mon environnement, et deuzio ça se faufile partout, et c'est vraiment énervant.
Lentement, j'entama de faire un pas léger, pour pas partir trop loin. Un petit pas sautillant presque comique, puis un deuxième légèrement plus fort, puis un troisième beaucoup plus puissant prenant appui sur mon pied et poussant comme pour sauter.

Crawl out through the fallout, baby
To my loving arms
Through the rain of Strontium 90
Think about your hero
When you're at Ground Zero
And crawl out through the fallout back to me

Mon corps s'éleva de près de cinq mètres, comme projeté par une force divine.
Bon j'exagère sûrement, mais bon, on se sent… Puissant sur la lune. Mis à part que l'environnement est mortel mais passons. Mon corps entama la descente, et j'admirais mon environnement durant. Je toucha le sol avec légèreté, puis j'apercus le léger clignot qui signifiait que j'avais un nouveau message

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License