Recherches du docteur Kalvin

Ha, des gens…
Je suppose que vous êtes là parce que vous vous êtes perdu ?
Non ?
Et bien…Bienvenue dans mon humble lieu de travail, vous pouvez jeter un coup d’œil à mes travaux mais vous serez gentil de touchez à rien.

Travaux en cours

SCP.JPG

SCP-XXX-FR, avant son confinement.

Objet # : SCP-XXX-FR


Niveau de Menace : Jaune


Classe : Euclide


Procédures de Confinement Spéciales : De par sa nature, SCP-XXX-FR ne peut être confiné que sur son lieu de découverte. Afin d'éviter toute intrusion dans le bâtiment, celui-ci a été inscrit sur la liste des sites historiques et culturels majeurs protégés par le gouvernement français et a été interdit d'accès au public.

9 gardes de la Fondation doivent surveiller le lieu de confinement dans le but d'empêcher des civils d'entrer par effraction dans SCP-XXX-FR. Toute personne appréhendée après avoir tenté de s'introduire dans le bâtiment se verra interrogée puis relâchée après administration d'amnésiques de Classe A.


Description : SCP-XXX-FR est un théâtre construit au début des années 1900 dans le style néo-Renaissance, se situant à ████ en ██████. Vu de l'extérieur, le bâtiment ne présente aucune anomalie. Cependant, après avoir pénétré à l'intérieur, les êtres humain vont rapidement remarquer des marionnettes à main à des points stratégiquement positionnés dans le champ de vision des sujets1. Les marionnettes à main (désignées comme SCP-XXX-FR-A) sont constituées de plastique et représentent des humains vêtus d'habits colorés et atypiques, faits de tissu et dont le bas du corps est remplacé par un grand voile de tissu semblable à ceux du haut du corps, cachant un trou permettant à une personne d'y placer la main pour se servir des marionnettes. Les objets observés présentaient tous un niveau de dégradation plutôt élevé ( morceaux de vêtements déchirés, peinture peu visible et morceaux de plastique prêts à se décoller). Lorsqu'un sujet enfile de manière correcte une instance de SCP-XXX-FR-A, celui-ci va d'abord être déboussolé et ne répondre à absolument aucun stimulus extérieur. Cette phase dura environ 5 minutes, après quoi le sujet va chercher à s'isoler de toute autre présence et va tomber dans ce qui ressemble à un coma de stade 22 (si le sujet n'arrive pas à s'isoler, il tombera quand même dans ce coma mais seulement après quelques heures durant lesquelles il cherchera quand même à s'isoler). Suite à cela, le gant de la marionnette va commencer à remonter le long du bras du sujet pour l'engloutir entièrement. Ce processus peut prendre entre 2 ou 3 semaines et plus il avancera, plus le sujet va rentrer dans ce qui ressemble à un coma de stade 3 (il s'agit du coma profond ou coma carus. Il n'y a plus aucune réaction aux stimuli douloureux. Les troubles oculaires et végétatifs sont apparus, par exemple respiratoires avec encombrement pulmonaire. L'électroencéphalogramme montre des ondes diffuses sans réactivité aux stimuli extérieurs). Malgré le fait qu'il est impossible de retirer l'objet, vu que celui-ci semble s'être "accroché" solidement au poignet du sujet, le processus peut être interrompu par la force en détruisant le haut du corps de l'instance3, ou en amputant la partie "engloutie" par cette dernière. Tuer le sujet stoppera aussi le processus (l'autopsie d'un sujet décédé ainsi montre que la main ayant enfilé la marionnette et la partie du corps ayant déjà été "engloutie" par l'objet ont été réduites en une matière s'étant avéré être du papier mâché). Les sujets ayant survécu après l’interruption du processus sortiront en quelques minutes de leur coma et ne subiront aucune séquelle psychologiques à cette expérience, excepté un intérêt plus fort ou nouveau envers l'art du théâtre.

En cas de réussite du processus, c'est-à-dire si l'instance de SCP-XXX-FR-A arrive à "engloutir" l'intégrité du corps du sujet, celle-ci va reprendre sa taille normale, sans doute en compressant à l'intérieur d'elle le sujet. Une nouvelle particularité apparaîtra alors sur l'objet : le bas du corps sera remplacé par une paire de jambes vêtue de manière à être uniforme avec le reste du corps. La composition de cette nouveauté est la même que tout le reste de l'instance et l'état de dégradation visible sur l'objet avant le processus aura disparu, laissant la marionnette en parfait état.

Suite à cela, l'instance de SCP-XXX-FR-A va se transformer en une instance de SCP-XXX-FR-B durant une période qui durera environ 48 heures. Durant celle-ci, la marionnette, à la base en plastique comme mentionné plus haut, va commencer à se transformer en papier mâché et le corps de l'instance va grossir et grandir pour pouvoir atteindre 120 cm environ et une corpulence proportionnelle à la taille du pantin. La tête de cette nouvelle instance sera disproportionnée par rapport au reste de son corps. Après la création d'une instance de SCP-XXX-FR-B, cette dernière va commencer à errer sans but dans le théâtre sans jamais en sortir. L'instance ne se montrera pas hostile, sauf envers les individus agressifs. Elles seront aussi très peu rapides, résistantes et puissantes physiquement. Elles peuvent donc être détruites. Si elles croisent une autre instance, elles se contenteront de s'ignorer et si elles croisent une autre forme de vie (animaux, humains, autres anomalies conscientes), elles tenteront de s'en éloigner le plus possible.

Outre ces deux types d'instances, une troisième peut être observée au sein de SCP-XXX-FR, nommée logiquement SCP-XXX-FR-C. Humanoïdes très différents les uns des autres, par leur taille et leur style vestimentaire, elles ont cependant deux points communs : elles sont recouvertes de ce qui semble être du sang séché (aucun échantillon n'a pu être récupéré pour confirmer ou infirmer cette hypothèse) et ont de volumineuses têtes blanches et sphériques ressemblant à des masques. Leurs orifices buccaux et cavités orbitales sont présentes mais vides. Certaines d'entre elles possèdent ce qui ressemblent à de la pilosité faciale (cheveux, moustaches ou barbe) dessinée aux marqueurs noirs. Elles errent dans le théâtre à la recherche d'instances de SCP-XXX-FR-B (elles ne réagissent pas aux autres formes de vie). Une fois une instance B trouvée, elles les immobilisent sans difficulté (au vu des différents handicaps physiques cités plus haut) pour ensuite emmètre un son décrit comme apaisant par les personnes ayant déjà assisté à une de ces scènes. Après avoir entendu ce son, l'instance de SCP-XXX-FR-B arrêtera de se débattre pendant que la peau en papier mâché de la tête va s'effriter pour laisser apparaitre une sphère blanche ressemblant aux têtes des SCP-XXX-FR-C, sans les présumées tâches de sang, orifices et la pilosité faciale dessiné. Seul un trou au milieu de cette sphère peut être observé. L'instance de SCP-XXX-FR-C va vomir une matière aussi blanche que la sphère dans le trou présent dedans pour le combler. Une fois ceci fait, le reste du corps du pantin va s’effriter pour ne laisser que cette sphère blanche. L'instance de SCP-XXX-FR-C retournera à la recherche d'autres instances de SCP-XXX-FR-B pour répéter le processus. La sphère quant à elle va commencer à se craqueler pour, aux bout de quelques minutes, éclater pour laisser sortir une nouvelle instance de SCP-XXX-FR-C. Cette instance va adopter la même morphologie que le sujet ayant été "ingurgité" par une instance de SCP-XXX-FR-A et une pilosité faciale dessiné ressemblant à celle du sujet. Cette nouvelle instance va tout de suite se mettre à la même tâche que le reste des autres instances.


Addendum XXX-FR-1 : SCP-XXX-FR fut découvert le 11/07/12, suite à une représentation s'étant déroulé la veille, dans le bâtiment. L'artiste Adèle Cogitès présentait dans la soirée du 10/07/12 sa représentation artistique nommée "La Vie des Condamnés". Sur les 48 personnes étant venu voir sa représentation (par le biais de la publicité sur internet et d'affiches postés dans les rues de la ville de ████), seules █ furent retrouvées vivantes.Toutes furent interrogées avant de leurs administrer des amnésiques de classe A. L'intégralité d'une grande partie des témoignages concordèrent entre eux et furent confirmés par les caméras de surveillances, en plus d'une caméra placé judicieusement devant la scène. Ci-dessous, une retranscription de la soirée qui fut établie grâce aux différentes sources étant mises à disposition :

Retranscription de la soirée du 10/07/12, au théâtre "█████████", ████.


[DÉBUT DE LA RETRANSCRIPTION]

Les spectateurs s'installent dans les siègent de la salle principale, comportant la scène, sur laquelle se trouve Adèle Cogitès, debout. À part elle, rien ni personne ne se trouvent sur la celle-ci.

Adèle Cogitès : Mesdames et messieurs, merci de me faire part de votre présence, cela me touche beaucoup de voir tant de monde réunit pour voir mon plus grand projet artistique ! Pause de 2 secondes. Comme vous le savez sûrement, nous vivons dans un monde, un monde qui essaye de nous contrôler, un monde qui y parvint. Il y parvint s'y bien, que l'on a même pas l'impression qu'il arrive à faire fonctionner son petit manège, ou bien on croit qu'il n'existe tout simplement bien. Combien d'entre vous travaille dans une entreprise, travaille pour quelqu'un. Ne répondez pas, c'était une question rhétorique. Votre salaire dépend de quelqu'un d'autre, même si vous bosser en freelance. C'est un cas assez simple, mais tout notre monde fonctionne ainsi. Il suffit de regarder comment nous interagissons entre nous : beaucoup disent que l'Homme est un animal naturellement social. En effet, mais c'est toujours par opportunisme, jamais par gentillesse, il fait ça pour lui-même. Même si on à l'impression du contraire ! Vos amis le sont pour une bonne raison, même le fait de ne pas vouloir se sentir seul et une raison qui leur est propre. Une raison qui vont faire

Certains spectateurs commencent à être agacé par le long monologue de l'artiste. Celle-ci semble le remarquer.

Adèle Cogitès : Bon, je ne vais pas vous embêter plus que ça avec cette longue introduction qui ne fait que retarder le vrai spectacle. Mes chers amis, je vous présente les Libérateurs !

Adèle Cogitès leva les bras de manière théâtrale tandis qu'une légère fumée s’immisça dans la pièce alors que 4 instances de SCP-XXX-FR-C rejoignit la scène par les coulisses et se placèrent aux 4 coins de celle-ci. Le public redevint attentif.

Adèle Cogitès : Car oui, dans ce monde horrible, j'aime à croire que certaines personnes sont l'espoir que nous attendons, la bonne personne à qui faire confiance. Peut être les martyrs de ce tout ce qu'ily a de mal dans notre société. Malheureusement, je n'en ai jamais rencontré, alors je les ai créé ! Et vous pourriez l'être aussi, être libéré…Regardez sous vos sièges, il y a quelque chose pour chacun d'entre vous.

Les membres du public s'exécutent et découvrent sous leurs sièges des instances de SCP-XXX-FR-A, qu'ils prennent sans pourtant les mettre.

Adèle Cogitès : Allez-y ! Mettez les, ça va changer votre vie, je vous l'assure.

//Le public enfila donc les instances, sauf une poignée de personnes, étant les rescapés de la représentation. Les effets classiques de ce type d'instances se déclencha donc et les personnes n'ayant pas enfilé les instances de SCP-XXX-FR-A, commençant à paniquer face à cette troublante situation, sortirent de la salle et du théâtre, sans en être empêcher.

Adèle Cogitès : perdant son air joviale et ses mimiques pour attirer l'attention du public. Mais je vais montrer plus précisément de la libération que j'ai créé.

Elle s'avança le plus possible sur le devant de la scène et s'accroupit pour s'adresser directement à la caméra la filmant.

Adèle Cogitès : Et maintenant, j'ai arrêté d'être cool, bande d'enfoirés.

[FIN DE LA RETRANSCRIPTION]

Les témoins se sont rendus au poste de police le plus proche pour alertés les forces de l'ordre contre ce qu'ils ont vu, ce qui remonta à l'attention de la Fondation, par le biais d'un agent infiltré dans la police locale. Les sujets prient sous l'emprise des instances de SCP-XXX-FR furent retrouver dans le théâtre, avec qu'une partie des employés travaillant dans l'enceinte du bâtiment. Les instances de SCP-XXX-FR-C furent trouver en train d'errer dans SCP-XXX-FR. Aucune trace d'Adèle Cogitès fut retrouver, même sur les bandes des vidéos de surveillance.

Idées en vrac

  • Le théâtre des pantins
    • Le dessin
    • Les lunettes de l'aveugle
    • Le fantôme de la télévision
    • Les pendus
    • Flaque transitoire
    • Idée de collaboration :SCP-YTB-FR-J
    • Trouver idée de conte DaM

Ce qui suit est un cadeau d'Aloices :

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License