Sandbox Chercheur Moth

Objet# : SCP-371-FR

Classe : Euclide

Niveau de menace : Orange

Procédure de confinement spéciales:

SCP-371-FR doit être contenu dans une cellule de 15m x 15m x 15m et doit être placé au centre de celle-ci. Il semble n'avoir aucun danger à regarder SCP-371-FR à distance, c'est pourquoi la séquence est disponible d'accès dans les archives de la fondation pour le personnel d'accréditation 2 ou plus.

Lorsqu’un média est utilisé pour afficher SCP-371-FR, la salle et le média doivent être obligatoirement allumés jusqu’à la fin de la diffusion. Deux unités tactiques ainsi qu’un technicien doivent être présents aux portes de confinement au cas où un problème majeur venait à se produire (voir Addendum-4). Le clip doit être impérativement regardé sur une télévision cathodique ou le média en question est automatiquement éteint et produit une EMP dans le site.

Si la télévision produit un grésillement, les classes D doivent reculer pour ne pas être dans un rayon de plus de 7 mètres de l’écran. Lorsque SCP-371-FR convertit un sujet en SCP-371-FR-2, La télévision produit un cri (de la voix du sujet, et semble être de gamme « La » constante et stridente) déformé et le sujet attaqué se transforme en hologramme. (Voir Addendum-1). Cette hologramme ne peut pas bouger et saccade énormément. Il est de de mauvaise qualité et est translucide bleu mais il est impossible de savoir d’où provient sa projection.
La télévision ne peut pas être éteinte lorsque SCP-371-FR l’a contrôle, car non seulement la personne ne pourrait atteindre le bouton Off de la télévision mais SCP-371-FR la rallumerai automatiquement (Voir Addendum-1).

Description:

SCP-371-FR est une séquence de 4 secondes passée en boucle sur un editing VHS. Il se trouve au site-77 depuis 2006. Il représente un adolescent aux cheveux longs noirs levant le bras devant la caméra. Derrière lui se trouve un mur en brique orné de graffiti. Ce mur a été identifié dans une banlieue de Sheffield en Angleterre et semble encore en bon état. On signale plusieurs disparitions inquiétantes dans les environs de ce mur. Celui-ci a été confiné (et appelé SCP-371-FR-1) avec la cassette VHS en 2009 par la fondation après la découverte des disparitions et du potentiel lien avec la séquence vidéo. Le mur se trouve au fond de la salle de confinement et n'est pas accessible car le rayon de SCP-371-FR nous l'en empêche.

La séquence a été conservée dans un cinéma dans la ville de Sydney en tant que bobine avant sa découverte et son confinement. Nous ne savons pas qui a converti SCP-371-FR de bobine à VHS et qui aurait pu lancer la bobine sur le rétroprojecteur du cinéma, mais nous estimons le nombre de morts à 48 personnes. Des théories scientifiques expliquent que SCP-371-FR aurait pu se convertir soi-même pour survivre dans l’avancée technologique.
La personne apparaissant dans la vidéo ne bouge pas. Nous ne connaissons pas cette personne, ni ses intensions. Mais on peut voir un « glitch » lors de cette séquence car cette personne produit des reflets rouges et bleus comme s’il tente de pénétrer dans la caméra et s'en sert pour nous observer. Lorsqu’un sujet est converti en SCP-371-FR-2, il ressemble exactement à la personne dans ce clip.

Lorsque l’on allume la télévision au début d’une expérience, la salle de confinement s’éteint puis se rallume. Durant ce lapse de temps, des graffitis se dessinent sur les murs vierges de la salle de confinement (Voir Addendum-4). Sauf pour le mur au fond de la salle qui se trouve être déjà tagué.
Pour éteindre et neutraliser temporairement SCP-371-FR, une prise munie d’un bouton Power de plus de 7 mètres doit être tendue. Le seul moyen d’éteindre le média est de le court-circuiter. La prise doit être changée à chaque déplacement de l’entité, la VHS doit être contenue dans un emballage hermétique et aucun membre du personnel n’est autorisé à la toucher sous peine de violentes migraines causées par un cri que produit SCP-371-FR-2 (Voir Addendum-2) dans la tête de ses victimes.

Addendum-1 :

Il nous est impossible de savoir comment une séquence vidéo transforme la matière organique en projection numérique, et comment elle l'a détecte. Nous pensons que la personne qui est affichée nous observe, nous entend et essaie de se rendre dans notre dimension.

Le chercheur [DONNÉES SUPPRIMÉES] décida de tracer une sphère autour de SCP-371-FR de rayon 7 mètres pour délimiter la « zone de sécurité ». Lorsque l’on demande à un classe D d'entrer dans le cercle, le clip VHS se met à grésiller et le classe D commence à crier et se tenir la tête. Il (sous la contrainte de SCP-371-FR) place un bras devant soi et son corps entier se transforme petit à petit en hologramme.

Addendum-2 :

Pour l’extraction de SCP-371-FR, la chercheuse [DONNÉES SUPPRIMÉES] expérimenta, avec le personnel D, une simulation d’extraction de SCP où ceux-ci eurent à désactiver le SCP et l’extraire à l'aide d'un plastique hermétique que l'on utilise pour conserver des composants électroniques. La chercheuse a constaté qu'il est nécessaire de changer la rallonge après chaque extraction car celle-ci se retrouve grillée. Quand à la télévision, nous demandons à ce que le média soit changer tout les deux mois pour éviter que celui-ci grille et provoque la colère de SCP-371-FR.

Addendum-3 :

(L'Addendum-3 ne semble pas s'ouvrir à votre demande.)

Addendum-4:

18/04/2011, Nous avons tenté d’examiner les graffitis tagués sur les murs de la salle de confinement.
Nous avons remarqué quelques dessins ainsi que des textes et des messages runiques.
Nous avons alors demandé, d'après l'Addendum-1, une interview avec SCP-371-FR:

Qui êtes-vous? Que voulez-vous?

(Les lumières s'éteignent une nouvelle fois, la télévision aussi. Se rallument et de nouveaux graffiti ornent les murs. Le mot "Mantra" y est affiché dans toute la salle.)

Qu'est-ce? Qui êtes-vous?

(Les lumières et la télévision s'éteignent, se rallument. Des flèches pointant en direction de SCP-371-FR-2 ainsi que le mot "Disappeared" (En français: Disparu) se trouve cette fois-ci gravé sur les murs. Nous constatons que le mur commence à se détériorer: Des craquelures apparaissent, des briques tombent et des voix faibles semblent se faire entendre. Seulement elles sont trop faibles pour que nous puissions les comprendre et il semblerait que SCP-371-FR ait coupé les caméras de surveillance durant la première extinction de l'interview. Peu après, une unité tactique semble avoir remarqué du mouvement derrière le mur et pointa son arme. Selon lui, il s'agirait d'un mouvement de bras translucide bleu. SCP-371-FR a très mal réagi lorsque l'unité pointa son arme contre le mur: des dizaines de cris stridents se révélèrent derrière le mur et SCP-371-FR grésilla. Lors d'une nouvelle boucle de la séquence (car comme la séquence ne dure que 4 secondes, elle est remise en boucle), le jeune homme disparu du champ de la caméra et les lumières s’éteignirent. Les unités ont décidées de faire évacuer la salle le plus rapidement possible et celle-ci fut condamnés jusqu'au moment où SCP-371-FR ralluma le système de surveillance vidéo de la salle (après 3 jours), où nous découvrirent le confinement d'origine, avec SCP-371-FR-2 en bon état.)

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License