La boite du Dr. Skeledenn

SCP-SPOOKY-J

notation: 0+x

[[include component:image-block

Nom : Josef Wilhelm Schrapp (ou Joseph Chappe sur ses documents militaires)

Sexe : Masculin

Date de naissance : 13 mai 1895

Date de disparition : 11 juin 1944 (mort supposée le 2 juillet de la même année)

Affiliation : Branche française, Département archéologique, Section langues anciennes, mortes et anormales.

Domaine d'expertise : Civilisation et langue tokharienne, langue allemande, langue chinoise, L-3.

Description physique : 2m10. Cheveux noirs. Yeux marrons. Brulure importante sur le côté gauche du visage et sur le dos. Doit se déplacer avec une canne du fait d'une importante claudication du genoux droit.

Évaluation psychologique : Avant 1914, le Dr Schrapp était décrit comme un jeune homme aimable, parfois même décrit comme ayant un humour particulièrement développé. Cependant, comme d'innombrables autres hommes partout en Europe, les horreurs de la guerre moderne l'ont transformés. D'humeur perpétuellement grincheuse, il a beaucoup de mal à accorder sa confiance et à travailler en équipe, étant souvent cassant voir antipathique vis-à-vis de ses interlocuteurs.

Biographie : Josef Wilhelm Schrapp est né en 1895 à Paris, dans une famille d'origine juive alsacienne. Son grand-père avait fui l'invasion allemande de 1871 et s'était installé à Paris avec sa famille1 l'année suivante. Josef grandit dans une famille aimante et suit une scolarité brillante. Particulièrement doué pour les langues, il maitrise parfaitement l'allemand dès 6 ans, l'Espagnol à 10 ans et le Russe à 14 ans. Fasciné par l'Asie, il se lance en 1913 dans des études de langues orientales et d'archéologie.
Cependant, l'année 1914 est un tournant dans sa vie. Ayant toujours eu l'impression d'être un citoyen de seconde zone du fait de ses origines juives, il s'engage volontairement dans l'armée dès le 15 août à seulement 19 ans sous le nom de Joseph Chappe. Il est intégré au 54ème Régiment d'Infanterie de Ligne et verra le feu pour la première fois lors de la première bataille d'Ypres en octobre 1914. Il participe ensuite aux batailles de Champagne puis de Verdun (où il sera brûlé au visage par un lance-flamme) et enfin le Chemin des Dames en 1917 où il sera gazé et aura sa jambe droite en partie déchiquetée par des éclats d'obus. Il ressort hautement traumatisé du conflit malgré ses états de services qui lui valurent une Croix de Guerre 1914-1918 accompagnée d'une médaille des Blessés de guerre2. Malgré ses démons, il continue ses études et obtient son doctorat en 1925, après des voyages en Chine, au Japon et en Indochine, devenant par la même occasion bilingue en chinois.
Il est alors engagé par la Fondation pour travailler sur les anomalies orientales ayant trait à la linguistique. L'année suivante, il se met à travailler sur un ensemble de pièces porteuses d'un alphabet inconnu découverts aux quatre coins du monde mais surtout en Asie centrale. En 1927, il réussit à déchiffrer les premières phrases de cette nouvelle langue qu'il appelle sobrement le L-3. En 1928, il épouse sa collègue Jeanne Vitry avec qui il a une fille, Alice, en 1929. Le mariage est houleux, en grande partie à cause des problèmes psychologiques de Josef, et ils se séparent en 1931.
En 1935, du fait de sa maitrise bilingue de l'allemand, il est choisi pour diriger la délégation de la Fondation lors de l'Opération Steppenadler qui fut la seule opération conjointe entre la Fondation SCP et l'Ahnenerbe, institut de recherche archéologique du IIIème Reich. La délégation allemande est dirigée par le Dr3 Johannes Amsel, vétéran de la Grande Guerre comme Schrapp dont il sera étonnamment très proche. La mission à la base prévue pour durer 5 ans a pour objectif d'amasser un maximum de vestiges en rapport avec le L-3. Des fouilles sont ainsi effectuées en Chine en 1935 et 1937, en Iraq en 1938 et en Islande en 1936. Les campagnes de fouille de 1939 et 1940 prévues respectivement en Indochine et en Australie durent être annulées à cause du déclenchement de la Seconde guerre mondiale. En 1940 lors de l'invasion de la France, Schrapp aide à organiser l'évacuation des principales anomalies du Site Aleph et participe aux premières négociations avec l'armée allemande avant d'être rapatrié en Angleterre.
En juin 1944, dans les jours suivant le débarquement allié les services de renseignement de la Fondation l'informent que les comptes rendus et artefacts de l'Opération Steppenadler laissés entre les mains de l'Ahnenerbe qui étaient stockés à Paris vont être transférés en Allemagne pour y être mis en sécurité ou détruits. Considérant ces pièces comme d'une haute importance stratégique, l'état-major organise dans la précipitation une opération de récupération des objets. Malheureusement, il n'existe pas d'inventaire précis des artefacts est documents en la possession de la Fondation et Schrapp est obligé d'être envoyé sur le terrain afin de reconnaitre les
L'opération est un fiasco quasi-total. Seuls quelques documents sont récupérés, un quart des membres de l'expédition est perdu au combat, dont Schrapp qui est capturé par la SS. Après ce moment, plus personne ne le reverra vivant. Encore aujourd'hui, il semble être impossible de savoir ce qu'il a pu lui arriver. Le seul indice actuellement en notre possession est une photographie datée du 2 juillet 1944. Celle-ci montre une file de déportés sur un des quais du camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau où on peut voir un homme au physique semblable à celui du Dr Schrapp. Malheureusement, les archives ne nous indiquent pas les noms de ce contingent mais seulement leur sort. En effet, il s'agissait de la file des déportés inaptes au travail et donc destinés aux chambres à gaz. La version admise par la direction est donc que le Dr Schrapp s'est retrouvé par erreur dans un train en direction d'Auschwitz et a péri gazé le 2 juillet 1944 à l'âge de 49 ans.

.

Travaux auxquels le Dr Schrapp a été affecté :

  • [DONNÉES SUPPRIMÉES]
  • [DONNÉES SUPPRIMÉES]
  • [DONNÉES SUPPRIMÉES]
  • Traduction des glyphes présents sur SCP-███-CN
  • SCP-314-FR

Dossier personnel
du Dr Schrapp




Nom :
Josef Wilhelm Schrapp (ou Joseph Chappe sur ses documents militaires)

Date de Naissance :
39 ans

Hiérarchie :
Membre du personnel de Classe B. Accréditation de niveau 3.

Département :
Département Scientifique, sous-département des Théories Fondamentales de l'Anormalité, section Thaumaturgie.

Poste actuel :
Chercheur en archéologie et linguistique antique, Site Aleph.

Domaine d'expertise :
Civilisation et langue tokharienne, langue allemande, langues orientales, L-3.

Physique :
2m10. Cheveux noirs. Yeux marrons. Brulure importante sur le côté gauche du visage et sur le dos. Doit se déplacer avec une canne du fait d'une importante claudication du genoux droit.

Personnalité :

[[/collapsible]]

Biographie :
Josef Wilhelm Schrapp est né en 1895 à Paris, dans une famille d'origine juive alsacienne. Son grand-père avait fui l'invasion allemande de 1871 et s'était installé à Paris avec sa famille4 l'année suivante. Josef grandit dans une famille aimante et suit une scolarité brillante. Particulièrement doué pour les langues, il maitrise parfaitement l'allemand dès 6 ans, l'Espagnol à 10 ans et le Russe à 14 ans. Fasciné par l'Asie, il se lance en 1913 dans des études de langues orientales et d'archéologie.
Cependant, l'année 1914 est un tournant dans sa vie. Ayant toujours eu l'impression d'être un citoyen de seconde zone du fait de ses origines juives, il s'engage volontairement dans l'armée dès le 15 août à seulement 19 ans sous le nom de Joseph Chappe. Il est intégré au 54ème Régiment d'Infanterie de Ligne et verra le feu pour la première fois lors de la première bataille d'Ypres en octobre 1914. Il participe ensuite aux batailles de Champagne puis de Verdun (où il sera brûlé au visage par un lance-flamme) et enfin le Chemin des Dames en 1917 où il sera gazé et aura sa jambe droite en partie déchiquetée par des éclats d'obus. Il ressort hautement traumatisé du conflit malgré ses états de services qui lui valurent une Croix de Guerre 1914-1918 accompagnée d'une médaille des Blessés de guerre5. Malgré ses démons, il continue ses études et obtient son doctorat en 1925, après des voyages en Chine, au Japon et en Indochine, devenant par la même occasion bilingue en chinois.
Il est alors engagé par la Fondation pour travailler sur les anomalies orientales ayant trait à la linguistique. L'année suivante, il se met à travailler sur un ensemble de pièces porteuses d'un alphabet inconnu découverts aux quatre coins du monde mais surtout en Asie centrale. En 1927, il réussit à déchiffrer les premières phrases de cette nouvelle langue qu'il appelle sobrement le L-3. En 1928, il épouse sa collègue Jeanne Vitry avec qui il a une fille, Alice, en 1929. Le mariage est houleux, en grande partie à cause des problèmes psychologiques de Josef, et ils se séparent en 1931.
En 1935, du fait de sa maitrise bilingue de l'allemand, il est choisi pour diriger la délégation de la Fondation lors de l'Opération Steppenadler qui fut la seule opération conjointe entre la Fondation SCP et l'Ahnenerbe, institut de recherche archéologique du IIIème Reich. La délégation allemande est dirigée par le Dr6 Johannes Amsel, vétéran de la Grande Guerre comme Schrapp dont il sera étonnamment très proche. La mission à la base prévue pour durer 5 ans a pour objectif d'amasser un maximum de vestiges en rapport avec le L-3. Des fouilles sont ainsi effectuées en Chine en 1935 et 1937, en Iraq en 1938 et en Islande en 1936. Les campagnes de fouille de 1939 et 1940 prévues respectivement en Indochine et en Australie durent être annulées à cause du déclenchement de la Seconde guerre mondiale. En 1940 lors de l'invasion de la France, Schrapp aide à organiser l'évacuation des principales anomalies du Site Aleph et participe aux premières négociations avec l'armée allemande avant d'être rapatrié en Angleterre.
En juin 1944, dans les jours suivant le débarquement allié les services de renseignement de la Fondation l'informent que les comptes rendus et artefacts de l'Opération Steppenadler laissés entre les mains de l'Ahnenerbe qui étaient stockés à Paris vont être transférés en Allemagne pour y être mis en sécurité ou détruits. Considérant ces pièces comme d'une haute importance stratégique, l'état-major organise dans la précipitation une opération de récupération des objets. Malheureusement, il n'existe pas d'inventaire précis des artefacts est documents en la possession de la Fondation et Schrapp est obligé d'être envoyé sur le terrain afin de reconnaitre les
L'opération est un fiasco quasi-total. Seuls quelques documents sont récupérés, un quart des membres de l'expédition est perdu au combat, dont Schrapp qui est capturé par la SS. Après ce moment, plus personne ne le reverra vivant. Encore aujourd'hui, il semble être impossible de savoir ce qu'il a pu lui arriver après cette date. Les mesures pour le retrouver ont été suspendues en 1955 et il est aujourd'hui considéré comme tombé au combat. Il est décoré de l'Etoile de la Fondation, première classe et a donné son nom à l'actuel bâtiment accueillant le département de linguistique anormale.




Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License